Search
mardi 25 fév 2020
  • :
  • :

Signature d’un contrat de performance entre le Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges et l’ARS Grand Est

image_pdfimage_print

Signature_Contrat_Performance_CHSDDV (3)

Un contrat de performance a été signé ce lundi après-midi entre le Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges et l’Agence Régionale de Santé – ARS – Grand Est. Un document paraphé par le directeur de la Communauté d’Etablissements de la Déodatie Pierre Tsuji, le directeur général de l’ARS Grand Est Chistophe Lannelongue, le docteur Claude Demange, de la Commission Médicale d’Etablissement – CME – et l’adjointe Françoise Legrand, en sa qualité de vice-présidente du Conseil de Surveillance de l’hôpital déodatien. Le maire David Valence, président de ce même Conseil de Surveillance, étant actuellement absent.

  • 15 millions d’euros pour aider le fonctionnement et financer des investissements du Centre Hospitalier

A travers ce contrat, l’ARS Grand Est s’engage à accompagner financièrement le centre hospitalier à hauteur de 15 millions d’euros, en contrepartie de réorganisations. En 2017, l’hôpital cumulait un déficit de 3,3 millions d’euros. Selon les dernières précisions, et comme l’a précisé Claude Demange hier, ce déficit devrait cependant diminuer sur l’exerce 2018, pour se porter à 1,7 millions d’euros.

« Ce contrat a été âprement discuté avec l’ARS. Nous sommes arrivés à un consensus, qui va permettre de procéder aux recrutements et investissements nécessaires pour donner un avenir à notre hôpital. Cette somme de 15 millions d’euros permettra de construire un projet médical, vital pour le territoire » a affirmé Pierre Tsuji, quelques instants avec de signer le contrat de performance.

  • Le mot d’ordre du contrat : l’optimisation

Le terme qui revient à plusieurs reprises dans les grands principes du contrat de performance est « optimisation ». Le Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges s’engage donc, outre de développer l’activité en chirurgie, d’optimiser le codage des activités de médecine, chirurgie et obstétrique; d’optimiser les durées de séjours, du capacitaire et des organisations au regard des besoins; d’optimiser les fonctions logistiques, techniques et administratives, notamment grâce à l’informatisation; d’optimiser des achats et des fonctions médico-techniques, par des mises en commun entre établissements.

  • « Redonner un nouveau souffle économique à l’hôpital » selon Christophe Lannelongue

« Nous sommes dans une période délicate et très exigeante, car le service public hospitalier se transforme pour continuer de proposer une offre de soins de qualité à nos concitoyens, et ce dans un contexte de contraintes économiques et de crise de démographie médicale. Mais je suis très optimiste sur le fond, nous sommes dans une période plutôt satisfaisante, puisque nous sommes beaucoup mieux soignés qu’il y a 10, 20 ou 30 ans. Les choses évoluent bien et la crise que nous traversons est de ces crises qui ont des vertus » a quant à lui déclaré Christophe Lannelongue, qui s’est dit « très content de participer à cette signature. Un Centre Hospitalier doit investir pour rester attractif. Il faut donc continuer à investir et développer cet hôpital, dans un cadre économique efficace. Cet argent lui permettra de retrouver un souffle au niveau strictement économique, et d’absorber le coût des travaux de 2011. »

Pour rappel, les nouveaux locaux du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges avaient ouvert leurs portes aux patients en septembre 2011, au terme d’importants travaux. Ces travaux représentaient un investissement de 87 millions d’euros, financés sur les fonds propres de l’hôpital. « Si les travaux avaient été normalement financés on n’en serait pas là aujourd’hui » estime Claude Demange, pour qui demander toujours plus d’efforts aux personnels de santé provoque un sentiment de découragement. « Parfois, j’ai des doutes que nous sommes mieux soignés qu’il y a 10 ans. Parfois, l’envie est de baisser les bras, tellement le quotidien est difficile. J’accepte l’idée de faire une médecine plus économique et efficiente. J’accepte l’idée de faire des efforts, mais certains efforts ne sont pas acceptables. »

Pour l’adjointe Françoise Legrand, « il faut que les gens gardent confiance dans notre hôpital, car les patients sont très importants. Il y a certes un problème de praticiens, mais ce problème existe aussi ailleurs en France. » A ce propos, 8 postes de praticiens sont actuellement vacants au Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges.

  • L’intersyndicale CGT/CFDT poursuit le mouvement de grève

« Nous n’étions même pas au courant que la signature avait lieu lundi après-midi, nous n’avons pas été informés » a commenté ce mardi matin Nathalie Rovel, secrétaire de l’union locale CGT Santé. L’intersyndicale CGT/CFDT, fermement opposée au plan de performance, va donc poursuivre le mouvement de grève débuté au début du mois de juillet (lire notre précédent article). « Dans un premier temps jusqu’au 31 août prochain. D’ici cette date, l’intersyndicale va continuer à aller à la rencontre des usagers de l’hôpital et leur proposer de signer la pétition contre le plan de performance, qui a récolté environ 1200 signatures à ce jour. Certes l’ARS Grand Est s’engage à verser 15 millions d’euros, mais en contrepartie ce sont entre 60 et 70 postes qui seront supprimés, dont 10 postes de secrétaires médical(e)s. Car le plan de performance implique aussi l’externalisation de certains services, mais aussi la fermetures de lits puisque l’ambulatoire est favorisé » déplore Nathalie Rovel.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.