Search
samedi 18 sept 2021
  • :
  • :

Le coup de gueule du président de la FDSEA des Vosges

image_pdfimage_print
manifestation-fdsea-epinal-prefecture-10

(Photographie d’archives)

Philippe Clément, président de la FDSEA des Vosges, est en colère. Le sentiment de ras-le-bol envahit nos campagnes. 

« Chers Amis, chers adhérents,

Je prends ma plume ce matin en tant que Président de la FDSEA des Vosges mais aussi, et surtout, en tant qu’agriculteur pour exprimer un sentiment que beaucoup d’entre vous partagent, un sentiment de colère, d’abandon et de trahison. Ces mots peuvent paraître forts mais ils sont justes car ils expriment le divorce qui est train d’être consommé entre une partie de nos concitoyens, de nos dirigeants, de notre Administration et le monde paysan qui, lui, est régi par le bon sens et non la rigidité stupide administrative.

Là-dessus, vient se rajouter la météo qui frappe durement notre territoire une fois encore. On serait tenté de dire : « la météo nous n’y pouvons pas grand-chose ». Certes, mais il serait appréciable que le Ministre de l’agriculture se montre inspiré et soit facilitant ces temps difficiles ! Au lieu de cela, on fait croire par exemple que l’on nous fait une fleur en repoussant les dates de semis des SIE, nous autorisant à ce que ces derniers ne lèvent pas mais en nous obligeant tout de même à les semer… J’appelle cela d’une façon assez triviale du « foutage de gueule »… nous autoriser à ce que des semis ne lèvent pas ???, comme si nous en étions responsables et que nous devions nous en excuser. Du haut de leur tour d’ivoire, les fonctionnaires du ministère de l’agriculture doivent comprendre que l’agriculture, c’est de l’agronomie, dépendante du climat mais aussi, surtout, de l’économie. Il serait temps qu’ils s’imprègnent aussi du bon sens paysan.

Dans le même temps, les députés de la majorité, vous savez, ceux qui nous ventent les circuits courts, l’agro écologie, l’agriculture paysanne, les mêmes qui accueillent comme une cheffe d’état une adolescente de 15 ans dans ce même hémicycle pour parler de changement climatique (il est vrai que l’expertise scientifique de cette norvégienne doit être très pertinente SIC) et bien, ceux là même, ratifient dans la même journée le CETA ! Un coup terrible a encore été porté à notre élevage français pourtant réputé comme un modèle de traçabilité et de sécurité alimentaire. Une fois de plus, nous nous sentons trahis et abandonnés. Notons tout de même que nos 4 députés vosgiens ont voté contre le texte et je tiens à les en remercier. Maintenant, il faut que le Sénat valide la ratification et nous allons poursuivre notre travail de lobbying au niveau national auprès de nos sénateurs.

Allez, encore une dernière couleuvre que nous avons dû avaler durant cet été particulièrement chaud en bien des points : c’est le traitement médiatique réservé aux actions syndicales ayant eu lieu contre les permanences de députés ayant voté favorablement le CETA. Sans vergogne, sans frein, nous avons été qualifiés de vandales par une grande partie de la presse. Une insulte de plus, un manque de respect par rapport à nos modes d’expression syndicale. A aucun moment, il n’y a eu de vandalisme, juste des agglos et quelques brouettes de fumier en quelques endroits.

Une dernière pour la route : je vois ce matin sur notre presse quotidienne une double page sur la responsabilité de l’agriculture face au changement climatique. Il faudrait baisser drastiquement notre consommation de viande pour sauver la planète ! Et là encore, pas un mot sur le doublement du trafic aérien sur les 10 années à venir ! pas un mot non plus sur le fait que si internet était un pays, il serait le 5ème plus gros consommateur d’énergie au monde, pas un mot non plus sur les accords internationaux du CETA et du MERCOSUR qui vont augmenter les échanges internationaux donc la consommation d’énergie fossile afin d’acheminer toutes ces marchandises. NON, c’est bien plus facile de pouvoir se dire Adieu, veaux, vaches, cochons !

Le sentiment de ras-le-bol envahit nos campagnes et il serait de bon ton que chacun en prenne bien conscience afin d’éviter que la rentrée syndicale ne soit brûlante, voire bouillante !

Dans ces moments difficiles, nous savons donc aujourd’hui que nous ne devons compter que sur nous-mêmes. Pour exemple, notre association Appro Fourrages Vosges (A.F.V.) a rapatrié sur le département plus de 8.000 tonnes de paille ; Nous nous employons également à renouveler l’opération pulpes de l’année passée et nous sommes à la recherche de foin pour étoffer notre offre. Nous travaillons également, et vous pouvez en être convaincus, à solliciter nos collectivités territoriales afin de soutenir notre agriculture dans cette 2ème année au climat exceptionnel. Pour finir, nous travaillons également à faire que l’agribashing ne soit plus un sport national. Mais plus le temps passe, plus c’est compliqué.

En attendant, j’espère vous voir le 25 août à Frain à l’occasion de la Campagne en fête organisée par les Jeunes Agriculteurs.

A bientôt ; bien syndicalement »




Une réaction sur “Le coup de gueule du président de la FDSEA des Vosges

  1. Bernard BOMONT

    Bravo
    Du bon sens à semer et donner la production à nos élus ils en ont bien besoin.
    Ne lâchez rien
    Bon courage
    Un vosgien solidaire

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.