Search
jeudi 24 oct 2019
  • :
  • :

Action de L214 à Saint-Dié-des-Vosges contre l’élevage intensif

image_pdfimage_print
Action_L214_Contre_Elevage_Intensif (6)

(Crédits photographiques Marc Fourniquet)

Une dizaine de bénévoles de l’association L214 Ethique&Animaux étaient présents rue Thiers ce samedi après-midi, de 15h à 18h, où ils ont rencontré et informé les passants sur les conditions de vie et souffrances infligées aux animaux dans les élevages intensifs. Une action organisée quelques semaines après la sortie du livre « Quand la faim ne justifie plus les moyens – En finir avec l’élevage intensif. »

En parallèle, les défenseurs de la cause animale présentaient des visuels montrant la réalité de l’élevage intensif : mutilations diverses, corps déformés par la sélection génétique, enfermement en bâtiments voire en cages sans voir la lumière du jour… Ils invitaient également les badauds à signer « l’appel contre l’élevage intensif ». Une pétition disponible sur le site Internet stop-elevage-intensif.com, qui a d’ores et déjà récolté plus de 80 000 signatures dont celles de près de 200 personnalités et organisations, parmi lesquelles Isabelle Adjani, Nathalie Baye, Nagui, Laurent Baffie, Matthieu Ricard, Greenpeace ou les Fondations 30 Millions d’Amis et Brigitte Bardot.

De plus, un discours adressé aux élus et responsables politiques a été lu, déplorant « un immobilisme, ou plus souvent encore, un soutien actif au lobby de l’élevage intensif. L’urgence éthique, l’urgence climatique, l’urgence environnementale, l’urgence sanitaire et l’urgence sociale nous imposent d’engager notre pays dans une transition agricole et alimentaire. Nous devons dès à présent nous diriger vers une consommation essentiellement végétale, durable, saine, respectueuse de l’environnement, des animaux et des humains. Aujourd’hui, nous voulons des actes, des mesures fortes et concrètes pour sortir de l’impasse. »

Et Angélique Noirel, coordinatrice locale de L214, de souligner que « on ne peut pas espérer changer les conditions d’élevage sans revoir le contenu de nos assiettes. Si l’élevage intensif est la norme dans la majorité des filières, c’est que la demande est forte. Actuellement, notre alimentation est essentiellement d’origine animale, puisque 63% du contenu de notre assiette en poids se compose de viande, de poisson, d’oeufs et de produits laitiers. Chaque jour, ce sont ainsi plus de 3,5 millions d’animaux qui sont tués dans les abattoirs, dont 80% viennent de l’intensif. »

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.