Search
mercredi 19 fév 2020
  • :
  • :

Daniel Gremillet interroge le Ministre de l’Agriculture sur la revalorisation immédiate des pensions des retraités agricoles

image_pdfimage_print

DG20141119-zoneeuro-10-gremillet

Dans une question écrite adressée au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le Sénateur Daniel Gremillet vient de s’emparer, à nouveau, de la question de la revalorisation des retraites agricoles.

Dans la perspective de la réforme des retraites et au regard, à la fois, du rapport du haut-commissaire à la réforme des retraites préconisant de revaloriser le minimum de pension de retraite à 85 % du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) net et des annonces du Président de la République en faveur d’un montant minimal de retraite porté à 1000 euros par mois pour les personnes bénéficiant d’une carrière complète et retraitées à compter de 2020, le Sénateur vosgien, tout en saluant, si elles sont confirmées, ces préconisations et ces annonces entend obtenir une reconnaissance de la carrière des anciens exploitants aujourd’hui retraités.

« En effet, ces évolutions ne concerneront que les futurs retraités. Cette revalorisation bénéficierait aux agriculteurs mais uniquement à ceux qui partiront en retraite à compter de 2025. Il n’y aucune reconnaissance pour le travail des anciens lesquels ont travaillé durement tout au long de leur carrière », exprime-t-il.

A l’instar de l’ensemble des représentant de la profession agricole, il demande, pour les agriculteurs déjà en retraite, une retraite minimale à hauteur de 85 % du SMIC. Actuellement, sur la base d’un dispositif de solidarité existant et garantissant depuis le 1er janvier 2017 un montant de pension minimal pour une carrière complète dans le régime, de 75 % du SMIC net agricole, les exploitants touchent une pension de 871 euros.

« Une pension dont le montant est inférieur au seuil de pauvreté malgré une activité professionnelle soutenue » ajoute-t-il. Et bien loin des engagements du gouvernement pris à l’issue d’un épisode peu glorieux de la vie parlementaire au printemps 2018 au cours duquel le Gouvernement a préféré passer en force un amendement proposant de reporter la réforme des retraites agricoles en 2020 au motif que cette revalorisation serait discutée lors de la prochaine réforme des retraites. « Le Gouvernement semble ne pas être prêt à tenir ses engagements, pourtant pris à l’égard de toute une génération d’agriculteurs », déplore-t-il.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.