Search
mardi 19 nov 2019
  • :
  • :

Une semaine au Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges pour promouvoir l’allaitement maternel

image_pdfimage_print

SMAM_CHSDDV

La France se situe parmi les pays qui pratiquent le moins l’allaitement maternel dans le monde. Partant de ce constat, la Coordination Française pour l’Allaitement Maternel – COFAM – se fait le relais de la Semaine Mondiale pour l’Allaitement Maternel – SMAM – dans l’hexagone. Une semaine mondiale organisée depuis 1992 par l’Alliance Mondiale de l’Allaitement Maternel – WABA.

Pour son édition 2019, le Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges a souhaité donner un écho local à la SMAM, avec la présence cette semaine de professionnelles de santé du service pédiatrie sur la rue publique de l’établissement. Installées derrière un stand, ces dernières se relaient de lundi à vendredi pour informer et répondre aux éventuelles questions relatives à l’allaitement maternel.

Le but de la démarche étant tout à la fois de sensibiliser le public dans la nécessité d’apporter du soutien aux femmes souhaitant allaiter, de permettre aux parents de s’approprier l’allaitement, de rassurer les couples dans leur projet d’allaitement. Car les idées reçues concernant l’allaitement maternel sont encore vivaces. Des idées reçues auxquelles viennent s’ajouter des représentations sociales. Ce qui, dans les 2 cas, peut décourager certaines femmes à allaiter leur enfant.

Mais pour le Docteur Silvana Trevisan, médecin responsable du service pédiatrie du centre hospitalier déodatien, l’allaitement maternel est très important. Pour la santé de l’enfant, « car le lait maternel contient des cellules vivantes et des anticorps, renforçant ainsi le système immunitaire », mais aussi pour la mère, « car l’allaitement maternel s’inscrit dans la continuité de la grossesse et de l’accouchement. L’allaitement maternel devrait donc être considéré comme naturel, car il fait partie de la biologie de la reproduction. Et puis l’allaitement maternel diminue le risque de cancer du sein de l’ordre de 4,6% par année d’allaitement, tout en diminuant également le risque de maladies auto-immunes. »

Et même si le lait maternel peut se conserver au réfrigérateur, le Docteur Trevisan prône l’allaitement au sein, « qui favorise un dialogue physique entre la mère et le bébé. Ce qui créé l’attachement. »

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.