Search
mercredi 11 déc 2019
  • :
  • :

Union Pour Saint-Dié : « Nous sommes fiers du travail accompli depuis 13 ans » Le groupe municipal d'opposition ne présentera pas de liste aux prochaines municipales

image_pdfimage_print
Réunion_UPS13_Novembre2019

(Crédit photographique Union Pour Saint-Dié)

Dans un communiqué qui nous est parvenu dans la soirée de mercredi, le groupe politique municipal Union Pour Saint-Dié est revenu sur sa genèse, sur la récente démission du groupe de la conseillère municipale Christine Urbès (lire son communiqué), sur son bilan quant à la présente mandature, et sur son avenir :

« Depuis sa fondation en 2006, Union Pour Saint-Dié (UPS) a toujours été un mouvement citoyen purement municipal, indépendant de tous les partis politiques, rassemblant des femmes et des hommes de toutes sensibilités au service des habitants de notre ville.

En s’engageant à soutenir notre liste aux élections municipales, nos membres ont cependant gardé toute liberté de s’impliquer dans d’autres échéances électorales et de militer sous l’égide de diverses formations politiques, à l’exception des extrêmes. Ce fut notamment le cas de Fabien Niezgoda (alors MEI, soutenu par EELV) lors des législatives de 2012 puis de Christine Urbes, candidate une première fois lors des départementales de 2015 pour le PS et une seconde fois lors des législatives de 2017 pour LREM.

Il a toujours été clair que ces activités partisanes n’engageaient nullement les autres membres d’UPS. Serge Vincent, cofondateur et élu d’UPS, n’a pas dérogé à ce principe en s’exprimant, lors d’une interview publiée le 24 octobre, au nom d’une formation politique nationale (LREM) dont il est le référent départemental. Ses propos ne portaient donc absolument aucun préjudice aux choix d’UPS, qui ont toujours été effectués de manière collective, en tenant compte de toutes les opinions.

C’est donc sur un prétexte infondé que Christine Urbes vient d’adresser sa démission au conseil d’administration d’UPS, sans avoir réuni celui-ci pour en discuter, et peu de temps avant de communiquer un texte lourd de procès d’intentions à l’ensemble de la presse locale. Ce procédé ne correspond pas à nos valeurs humanistes et manifeste peu d’égards envers celles et ceux qui ont si souvent donné de leur temps et de leur énergie, par conviction et par amitié.

Aussi regrettable soit-il, cet événement ne doit pas empêcher les militants et sympathisants d’UPS d’être conscients et fiers du travail accompli depuis treize ans. Au cours du mandat 2014-2020, nos élus sont toujours restés fidèles à notre programme et ont incarné une opposition constructive, en n’hésitant pas à combattre certaines décisions, mais en votant avec la majorité à chaque fois que les choix de celle-ci allaient dans le bon sens et reprenaient, même partiellement, certains de nos projets. Cette attitude responsable a grandement contribué à apaiser le climat politique municipal.

Même si certaines de nos idées ont gardé toute leur actualité voire toute leur urgence, notamment en matière de démocratie locale ou de redynamisation économique, un grand nombre de nos propositions a en effet été réalisé : création d’une communauté d’agglomération, baisse du prix de l’eau, organisation d’un conseil municipal dédié aux questions des Déodatiennes et Déodatiens…

Par conséquent, c’est avec le sentiment du devoir accompli au service des citoyens et en cohérence avec leurs convictions de longue date, que les élus d’Union Pour Saint-Dié continueront à défendre le programme de 2014 jusqu’à la fin de cette mandature, en bénéficiant du soutien entier de notre association.

Union Pour Saint-Dié ayant décidé de ne pas présenter de liste en 2020, ses membres pourront s’impliquer en toute liberté dans les débats et la campagne des prochaines élections municipales. Ces futures échéances ne manqueront pas d’être influencées par les projets ambitieux initiés, mûris et portés par notre mouvement. »

Le conseil d’administration d’Union Pour Saint-Dié




3 réactions sur “Union Pour Saint-Dié : « Nous sommes fiers du travail accompli depuis 13 ans »

  1. Marius

    Nous imaginons que le lecteur de Saint Dié Info appréciera l’amalgame fait entre Monsieur Niezgoda et Madame Urbès. La parole écrite, pour infâme qu’elle puisse être, n’én est pas moins révélatrice de ce que dénonçait le second personnage car la pratique personnelle d’un supposé pouvoir ne supporte visiblement pas la contradiction. Ce n’est plus du « retournement de veste » comme le suppose le premier commentaire mais bel et bien le la positionnement à droite de ce mouvement ni de gauche… ni de gauche :
    « Ce fut notamment le cas de Fabien Niezgoda (alors MEI, soutenu par EELV) lors des législatives de 2012 puis de Christine Urbes, candidate une première fois lors des départementales de 2015 pour le PS et une seconde fois lors des législatives de 2017 pour LREM. »
    Pourquoi le rédacteur de ce communiqué que n’aurait pas renié un gérontocrate du politburo et que l’on eut pu croire tout droit sorti du génie créateur de Georges Orwell, n’indique-t-il pas que ce qui a présidé à l’éviction – démission de MOnsieur Fabien Niezgoda du groupe « citoyen » (le terme devient drôle) est son appel à voter Marine Le Pen au second tour de la dernière élection présidentielle. Il semble d’ailleurs que les accointances de la personne avec Renaud Camus et Alain de Benoist ainsi que la participation à la revue nouvelle-droitière Elément n’aient pas gêné le staff directionnel du parti déodatien. Il semble aussi que la participation de Fabien Niezgoda, adepte de l’infecte théorie du grand remplacement, comme le révèle ses écrits et ses « pensées » facebookiennes, à la réunion des droites de Robert Ménard en 2016 n’ait là encore pas tortillé l’encéphale de Serge Vincent et consort… L’accusation, l’hallali sonné contre Madame Urbès devient tout de suite très révélatrice :
    « Par conséquent, c’est avec le sentiment du devoir accompli au service des citoyens et en cohérence avec leurs convictions de longue date, que les élus d’Union Pour Saint-Dié continueront à défendre le programme de 2014 jusqu’à la fin de cette mandature, en bénéficiant du soutien entier de notre association. »
    Nous n’osons imaginer quelles sont ces « convictions de longue date » quand on se réclame de l’apolitisme le plus béat qui soit. Et là ce n’est pus vraiment très drôle.
    Cela devrait suffire comme réponse au premier commentaire ?

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.