Search
samedi 31 oct 2020
  • :
  • :

Le Conseil National de la Montagne en réunion ce vendredi à l’Espace François-Mitterrand

image_pdfimage_print

Ouverture_Conseil_National_Montagne_EFM (5)

En ce vendredi 10 janvier et pour la première fois, Saint-Dié-Des-Vosges accueille la réunion annuelle du Conseil National de la Montagne – CNM – qui s’est ouverte peu après 9h à l’Espace François-Mitterrand.

Accueillie sur place par le maire David Valence, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a co-présidé avec le député LREM Joël Giraud cette demi-journée consacrée au développement des territoires de montagnes.

Une demi-journée lors de laquelle a été abordé le projet de loi 3D – pour décentralisation, différentiation et déconcentration – lors d’un moment d’échanges avec les participants. Au cours de la matinée, les 80 membres du CNM se sont également penchés sur le fonctionnement de l’Agence nationale de la cohésion des territoires ainsi que sur les différents travaux en cours de la commission permanente du CNM et des groupes de travail. A l’ordre du jour également, la présentation à l’assemblée du contrat de réciprocité liant l’Eurométropole de Strasbourg et la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-Des-Vosges (lire notre précédent article).

Au terme de la réunion, la ministre est revenue sur le projet de loi 3D, dont le texte devrait être prêt pour la fin du 1er semestre. « La différentiation est un terme très important dans cette loi, en particulier pour les territoires de montagne. Car chaque territoire de montagne a ses propres spécificités dont il faut tenir compte. » Interrogée au sujet du réchauffement climatique, Jacqueline Gourault estime que « les politiques et collectivités locales doivent imaginer des politiques publiques pour accompagner les territoires face au réchauffement climatique, qui est maintenant une réalité. C’est un travail interministériel très important qu’il faut effectuer pour affronter ce changement. Toujours à ce sujet, je pense que l’économie et l’écologie ne sont pas antinomiques. »

Instance consultative, le CNM est force de auprès du Gouvernement sur le développement, l’aménagement et la protection des territoires de montagne. Il se distingue par sa composition originale et coopérative : représentants des collectivités locales et des massifs côtoient acteurs socio-économiques et représentants d’associations. 9 massifs montagneux au total font partie du CNM. Respectivement les Alpes, la Corse, le Jura, le Massif Central, les Pyrénées, les Vosges, la Réunion, la Martinique et la Guadeloupe.

J.J.




5 réactions sur “Le Conseil National de la Montagne en réunion ce vendredi à l’Espace François-Mitterrand

  1. froissard

    Toutes ces grandes messes ne servent à rien, si les citoyens ne se mêlent pas de politique, car tous ces commis de l’Etat sont déconnectés du monde réel .Ils n’ont que ordinateur et calculette dans la tête, à la place du cœur .On leur enlève ces outils, ils ne sont que des pantins aux pieds d’argile .le bons sens et la raison, c’est la parole et l’action du peuple pour imposer les orientations qui conviennent à nos territoires ruraux de montagne ..la meilleure façon de se faire entendre sera sans aucun doute à l’occasion de la campagne des élections municipales, pour que les élus intégrent dans leur programme, nos critiques ,observations et suggestions

    répondre
  2. froissard

    ADEMAT- comité de défense de l’Hôpital et de la Maternité de Remiremont propose de ne plus attendre que les élus soient prêts, en suggérant la constitution d’un conseil de développement local, pour donner la parole aux citoyens et construire un projet de territoire, solidaire, intégrant les services publics locaux dont nous avons besoin, notamment dans le domaine de la santé .Ainsi nous pourrons accompagner la réflexion des élus dans leurs orientations, en agissant « collectif  » car les démarches isolées, souvent remplies de bonnes intentions, conduisent dans l’impasse . Nous ne disons pas que nos Elus ne font rien,. Ils doivent reprendre le pouvoir sur les technocrates et s’appuyer sur leur population, au travers des organisations de la société civile .Seul on va plus vite-Ensemble on va plus loin, si l’on résiste .Il faut donc jouer « collectif  » ce qui est une autre façon de s’organiser et de fonctionner, pour l’intérêt général

    répondre
    1. à force de forcer ça force forcément.

      Plusieurs éléments croisés ont plombés nos services d’urgence.

      La chute générale de nos moyens financiers due à l’accroissement des dépenses sociales.
      La forte augmentation des consultations ( CMU , AME, tourisme médical.).
      Le développement interne des contraintes administratives.
      L’absentéisme croissant.
      La crise de la médecine générale ( découlant de la très mauvaise planification du numerus clausus depuis 45 ans.).
      Les 35 heures.

      Les envolées lyriques de Roger Froissard ne changeront rien à l’affaire.

      répondre
    2. lamisol

      Pour la comcom des Hautes-Vosges, il existe un conseil de développement.Quel est son rôle? son utilité? a t’il été consulté par les élus? peut-être serait il bon d’avoir un compte-rendu sur ses travaux….

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.