Search
samedi 16 jan 2021
  • :
  • :

« Auxiliaire de vie, un métier qui demande de l’empathie »

image_pdfimage_print

Rencontre avec Valérie, auxiliaire de vie depuis 11 ans à l’ADMR

8h15, Valérie, équipée d’un masque et de gants arrive chez Renée pour une « aide au petit-déjeuner ». C’est déjà sa deuxième intervention de la matinée. Après avoir récupéré le journal dans la boîte aux lettres, l’auxiliaire de vie entre dans la maison, prend des nouvelles de l’octogénaire et s’attelle aussitôt à la préparation du petit-déjeuner. Valérie connaît bien les habitudes de Renée. Tisane et tartines beurre-confiture sont rapidement installées sur la table de la cuisine.  Et pendant que Renée prend son petit-déjeuner, Valérie va refaire le lit, aérer la chambre et plier du linge. L’intervention dure 1/2 heure. En fin de journée c’est une  autre collègue qui viendra à l’heure du souper tandis qu’à midi, le service de portage viendra livrer un plateau repas.

C’est le quotidien des auxiliaires de vie. Des missions multiples : aide au lever, toilette, préparation de repas, ménage, courses, aide au coucher. Des horaires découpés, 1 week-end sur trois travaillé, du temps passé sur la route pour aller d’un domicile à un autre. Un métier difficile mais que Valérie comme bon nombre de ses collègues assument avec sérieux et dévouement.  Pendant le confinement, Valérie a d’ailleurs maintenu ses interventions à domicile même si certaines tâches non indispensables ont été suspendues (ménage).

Une présence bienveillante, un rôle d’assistance essentiel pour ces personnes âgées parfois isolées qui sans les auxiliaires de vie seraient pour beaucoup contraintes de quitter leur foyer pour aller en établissement d’hébergement pour personnes âgées. Valérie confie que pour exercer ce métier, il faut savoir faire preuve d’empathie. Et d’ajouter qu’un lien se noue avec ses « clients ». « Si je suis un moment sans venir, il n’est pas rare qu’on se téléphone pour garder le contact » précise t-elle.

8h45, Il est l’heure de partir. Avant de quitter Renée pour son prochain rendez-vous, Valérie consulte son planning qu’elle reçoit directement  sur son téléphone..

Le Département soutient le secteur de l’aide à domicile

En raison de la crise sanitaire liée au coronavirus, les structures d’aide à la personne ont vu leur activité diminuer. Pour éviter d’importantes répercussions économiques et aider ces structures à traverser la crise, les élus départementaux ont pris en avril dernier la décision de continuer à les financer sur la base de la moyenne des frais pris en charge durant les mois de décembre 2019, janvier 2020 et février 2020.

Source : http://vosgesmag.fr/




4 réactions sur “« Auxiliaire de vie, un métier qui demande de l’empathie »

  1. Gatey

    Bonjour avec tous ça a ton une prime de l etat sinon ça serre à rien d en causser on fait quand même un travail à risque respect à toutes les. Collègues

    répondre
  2. Sylvie celine Fenech

    Bjr a toutes.
    Meme interventions même horaires et dévouement pour aider à maintenir des personnes fragiles dependantes isolées ett handicapées même principe sauf sans indemnités kilométriques ni prime ni congés (rémunérés à 10% sur le salaire mensuel) pour les auxiliaires de vie en cesu direct ou par agence mandataire que personne n evoque on est encore pire que nos collègues en ADMR ou autre association medico social pour les mêmes interventions et pas toujours les mêmes avantages mis à part notre dévouement et bienveillance notre seule gratitude !
    Bon courage et continuons à nous défendre.

    répondre
  3. Marion

    Respect à toutes et tous car il y a aussi des homme qui ont cet emploi
    Métier qu’il faut aimer aimer l’être HUMAIN et vouloir que le meilleur pour eux
    Personnes âgées ou handicapés
    Ils ont tant à nous apporter
    Alors moi aussi je pars tous les matins en pensant à eux et en voulant faire toujours mieux
    Alors pourquoi n’a t’on pas le droit à une reconnaissance
    Mis à part certaines famille
    On ne nous reconnais pas
    Il en est d’ailleurs de même pour certains employés de grande surface
    Sous prétexte malgré de grande enseigne que le magasin est franchise ils n’ont droit à rien
    Courage rien ne noircira notre volonté de faire le bien de nos beneficiaires mais ne lâchons pas pour une reconnaissance

    répondre
    1. JMV

      Nous n’avons plus de sous.
      Mais Il y a des centaines de haut fonctionnaires inutiles et spécialistes des avions en papier et de la statistique qui gagnent dix fois votre salaire.
      C’est à mon avis là qu’il faut aller chercher de l’économie pour mieux vous rémunérer .

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.