Search
jeudi 9 juil 2020
  • :
  • :

Vosges – L’athlétisme handisport pour reprendre confiance en soi

image_pdfimage_print
handi5

(Crédits photographiques Vosges Mag)

Nous sommes partis à la découverte d’un entraînement d’athlétisme handisport avec Eric BRULET, responsable de la section handisport de l’Athlétisme Vosges Entente Club. Bien différent d’un entraînement d’athlète valide, c’est l’écoute et l’échange qui prime avant la recherche de la performance.

Il y a 8 ans, Eric BRULET reçoit l’appel téléphonique d’une non-voyante qui veut faire de l’athlétisme. Immédiatement, il accepte de l’aider et lui cherche un « guide » pour l’accompagner aux entraînements. La section handisport de l’Athlétisme Vosges Entente Clubs est née.

Depuis, Eric continue d’accompagner des personnes en situation de handicap dans la pratique handisport. La section compte 14 personnes qui s’entraînent au fauteuil athlé (fauteuil à trois roues), au lancer de poids et de disque ou à la course. Eric nous explique : « L’objectif principal n’est pas la recherche de la performance mais l’écoute et l’échange avant tout. On commence les entraînements en discutant entre nous. Cela me permet de « prendre un peu la température de chacun » et ainsi d’adapter le programme en fonction de l’état psychologique ou de fatigue de la personne. Il ne faut pas oublier que ce sont des personnes qui ont des pathologies lourdes et que certains traitements ont des effets secondaires. Ça peut paraître paradoxal mais parfois, c’est moi qui doit freiner l’engouement de certain ».

Le handisport a de nombreux avantages et bénéfices. Il permet le renforcement musculaire et aide à prendre confiance en soi malgré le handicap. Le but est de réussir à faire oublier le handicap pour que la personne puisse dépasser ses limites. Dans la vie quotidienne, on se sent mieux dans son corps et on gagne en autonomie : « Certaines personnes n’arrivaient pas à tenir fermement un gobelet pour boire, maintenant elles y arrivent. D’autres avaient du mal à monter des escaliers, désormais ils en sont capables. Ce sont des petites victoires qui ont de grands impacts sur la vie de tous les jours ».  

Bien sûr, il faut des encadrants pour accompagner la pratique. Actuellement, ils sont deux et Eric est toujours à la recherche de nouvelles recrues : « Je comprends que le handicap peut faire peur, mais avant d’avoir peur, il faut venir voir, faire et comprendre. ».  Le message est passé ! Les entraînements devraient reprendre à la mi-juin.

Source : www.vosgesmag.fr




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.