Search
dimanche 29 nov 2020
  • :
  • :

Jean-Marc Vogt, du rugby à la pratique de l’Ortho-Bionomy

image_pdfimage_print

Jean-Marc_Vogt_Portrait_Ortho-Bionomy

Jean-Marc Vogt a découvert l’Ortho-Bionomy il y a une quinzaine d’années. A l’époque, le Déodatien n’arrivait pas à se remettre d’une entorse contractée au rugby, un sport qu’il a longtemps pratiqué et qu’il entraîne aujourd’hui du côté du stade Pierre-Pebay.

Pour les personnes qui n’auraient jamais entendu parler de l’Ortho-Bionomy, il s’agit d’une approche éducative douce fondée sur une méthode corporelle se voulant simple et efficace. Créée aux Etats-Unis par Arthur Lincoln Pauls, docteur en ostéopathie d’origine canadienne, cette approche vise à accompagner le corps dans ses mouvements instinctifs de régulation, plutôt que de lui imposer une technique directive. Concrètement, cet accompagnement se fait en proposant des compressions en douceur vers les zones tendues, favorisant ainsi leur détente, ou en suivant le corps dans ses mouvements d’ajustement, en respectant son rythme et ses étapes d’intégration. L’idée étant de relâcher les tensions musculaires sans utiliser aucune force. L’Ortho-Bionomy ne se substitue pas à un traitement, mais se place en complément complément de la médecine et des professions de santé.

« Quand je jouais au rugby, j’ai beaucoup utilisé la kinésithérapie et l’ostéopathie. J’ai voulu essayer l’Ortho-Bionomy pour soigner cette entorse persistante. Cela a bien fonctionné sur moi. J’ai donc conseillé à de nombreuses personnes d’essayer à leur tour. Puis j’ai décidé de me former pour devenir moi-même praticien. Lorsque j’ai pris cette décision je voulais faire une pause avec le rugby, donc j’avais du temps à disposition. Divisée en 2 cycles, la formation a duré 3 ans et s’est terminée avec l’obtention de mon diplôme en Ortho-Bionomy, un diplôme européen. Cette formation s’est déroulée en présentiel, essentiellement à Saint-Dié-des-Vosges mais également à Grenoble et dans l’Ardèche. Aujourd’hui, cela fait un an que je suis praticien » explique Jean-Marc Vogt, qui forme avec Olivier Tassotto, Aline Claude – et prochainement Stéphane Masson – la « Ortho-Bionomy Team ».

La petite équipe intervient, dans le cadre de l’association « OB Team », lors des trails du secteur déodatien, sur les salons du bien-être et, depuis récemment, le jour des collectes de sang mobiles à Saint-Dié-des-Vosges. « Nous avons participé à la collecte du 6 juillet à l’Espace François-Mitterrand. C’était une première et cela a visiblement beaucoup plu aux donneurs. Nous avons également proposé des séances gratuites pour les soignants, qui ont été mis à rude épreuve avec le Covid-19. Maintenant on souhaiterait entrer dans les entreprises, en travaillant par exemple avec des personnes victimes de burn-out. Car l’Ortho-Bionomy ne se limite pas aux douleurs physiques. Le but étant avant tout de rééquilibrer le corps, il y a donc beaucoup de travail en énergie. D’ailleurs les résultats se matérialisent parfois 4 ou 5 jours après une séance. En tant que praticien je dois être dans le non vouloir, ne pas juger et être à l’écoute des personnes » précise Jean-Marc Vogt, qui concilie sa pratique de l’Ortho-Bionomy avec son emploi de graphiste et son poste d’entraîneur du groupe Séniors du SDRB XV. Un poste d’entraîneur qu’il partage avec Laurent Florentin, et qui lui permet de mêler sa longue passion du rugby à sa nouvelle pratique.

J.J.




4 réactions sur “Jean-Marc Vogt, du rugby à la pratique de l’Ortho-Bionomy

  1. "Ex-collègue"

    Salut Jean-Marc ! Je t’ai tout de suite reconnu sur la photo. De plus, j’apprends aujourd’hui que tu pratiques le rugby depuis bien des années !
    Salutations…

    répondre
  2. Brigitte Egensperger

    Bonjour,

    Nous ne nous connaissons pas mais j’ai beaucoup entendu parler de vous par mes enfants et leurs amis. Tous ont pratiqué le rugby à St-Dié.

    Ils avaient une grande confiance en vous, ce qui m’incite à vous demander si vous pratiquez l’ortho bionomy en individuel. En effet je suis atteinte d’une forme de polyarthrite particulière et cette pratique pourrait peut-être m’aider.

    Bien cordialement.

    Brigitte Egensperger

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.