Search
dimanche 20 sept 2020
  • :
  • :

La brasserie l’Opercule, ou le potentiel de l’apiculture au service du territoire de la Déodatie

image_pdfimage_print
Opercule Atelier 66

Maxime Clasquin et Damien Froment. (Crédits photographiques Quentin Doussaud)

La brasserie l’Opercule est née le 1er mars 2017 à Senones, de l’association des Déodatiens Damien Froment et Maxime Clasquin. Après des années à travailler en bureaux d’étude, à Nancy pour Damien et à Paris pour Maxime, les 2 amis de longue date souhaitaient se lancer dans une aventure entrepreneuriale commune.

« On s’était toujours dit que l’on ferait quelque chose ensemble. Avant la création de la brasserie, j’étais apiculteur amateur et je brassais des bières à la maison. Nous sommes tous 2 des amateurs de bière, notamment des bières belges. On a eu donc eu l’idée d’allier l’apiculture à la brasserie, ce qui était vu comme relativement loufoque à l’époque. Notre projet a pris forme en un an. Pour nous perfectionner dans le brassage, nous avons suivi une formation à l’IFBM de Vandoeuvre-lès-Nancy. Nous y avons acquis beaucoup de connaissances théoriques » explique Damien Froment, avant de poursuivre sur la genèse de la brasserie senonaise.

« L’idée de départ était de construire un bâtiment relais, afin de créer un circuit de visite commun avec les Apiculteurs de la Principauté de Salm. Cela ne s’est finalement pas fait, mais nous sommes toujours en contact avec eux puisqu’ils s’occupent d’une partie de notre dizaine de ruches. Nous avons obtenu notre premier local après avoir rencontré Jean-Luc Bévérina, le maire de Senones. Ce local était en fait l’appartement de fonction de l’ancien maître-nageur de la commune. C’est là que nous avons débuté. Depuis octobre 2018, nous sommes installés dans les locaux de l’entreprise de BTP Déo’Bat. Outre la partie brasserie où est produite notre bière, nous avons également un magasin. Et une fois que Déo’Bat aura déménagé, nous aurons tout le bâtiment pour développer l’Opercule. »

Côté bières, les 2 amis ont tout d’abord créé une Blonde assez traditionnelle, qui titre à 5,6°C, puis une Triple à 8,5°C. Cette dernière a notamment obtenu la médaille d’Or du concours international de Lyon, édition 2019. Ces 2 premières bières ont depuis été rejointes par une Ambrée, des bières saisonnières – printemps, été et hiver – une spéciale baptisée l’Enfumoir – une bière avec un malt fumé à la tourbe et une garde avec des copeaux de chêne – une Blanche aux saveurs des bonbons de la Confiserie Des Hautes Vosges et une Brune au Cafés Canton, qui a valu à la brasserie senonaise une seconde médaille d’Or au concours lyonnais. Une médaille décernée en mai dernier, lors du confinement.

« Toutes nos bières sont bio et toutes sont au miel. Mais cela ne veut pas dire qu’elles sont très sucrées. Il y a un léger soupçon de saveur de miel, mais c’est tout. Car le miel est utilisé pour la refermentation, pour regazéifier. On ne cherche pas à faire des bières extravagantes, mais plutôt des bières traditionnelles. Pour les élaborer, on fait beaucoup de tests. On sélectionne et on dose, comme peut le faire un cuisinier. Notre dernière bière en date, la Vosges Pale Ale, est le fruit d’une nouvelle collaboration. Cette fois-ci, c’est avec la Ferme du Bien-Être de Gérardmer. Cette nouvelle bière est une bière avec beaucoup d’amertume, houblonnée, citronnée… et avec des notes de sapin, car nous ajoutons des branches pendant l’ébullition » ajoute Damien Froment.

Quant à l’avenir de l’Opercule, les 2 entrepreneurs souhaitent s’agrandir – et par extension embaucher des employés – mais tout en gardant la même philosophie que depuis leurs débuts dans l’univers du brassage. « Nous voulons garder cet esprit de tradition, d’artisanat. Une dizaine d’employés serait l’idéal, pour avoir une entreprise à taille humaine et gérée en « bon père de famille ». On vise d’ailleurs un marché plutôt local, on n’a pas envie de s’exporter à l’étranger. En parallèle du brassage et de la vente, on souhaiterait mettre en place des visites pour montrer aux gens comment faire une bière. Mais on n’est pas pressés, on avance par étapes, pas à pas. »

En attendant, les amateurs de houblon peuvent retrouver les bières concoctées par Damien et Maxime directement au magasin de l’avenue Salm à Senones, auprès de cavistes vosgiens, dans de nombreux magasins du terroir et bio, dans les jardineries, sur le marché paysan senonais d’avril à octobre chaque premier dimanche du mois ainsi que les mercredis d’été sur le marché bio de Xonrupt-Longemer et sur le marché artisanal de Granges-Aumontzey… à déguster avec modération bien entendu, car l’abus d’alcool est dangereux pour la santé !

Pour suivre l’actualité de la brasserie l’Opercule, rendez-vous sur www.facebook.com/lopercule

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.