Search
dimanche 20 sept 2020
  • :
  • :

Un cavalier à l’anguipède au camp celtique de La Bure

image_pdfimage_print
Cavalier_Anguipède_Camp_Celtique_La_Bure (4)

(Crédits photographiques Jean-Michaël Choseront / Association BERIAN)

Une colonne surmontée d’un cavalier à l’anguipède avait été retrouvée lors des fouilles archéologiques au camp celtique de La Bure, il y a maintenant plusieurs décennies. En début de semaine dernière, une réplique en grès des Vosges a été installée sur le site par des agents de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges.

Réalisée par le sculpteur meusien Denis Mellinger, d’après une reconstitution en dessin par Karine Boulanger, cette réplique a été entièrement financée par la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges, pour un montant d’environ 10 000 euros.

« L’original se trouvait sur une colonne circulaire beaucoup plus fine, comme on peut le voir sous le cavalier reconstitué. Mais en raison d’une prévenance de vandalisme, malheureusement de plus en plus constaté sur le camp celtique, la base de la colonne est plus large et moins haute » explique la Société Philomatique Vosgienne sur sa page Facebook.

Mais qu’est-ce qu’un cavalier à l’anguipède ? C’est une représentation du dieu romain Jupiter, parfois assimilé par les locaux au dieu celte Taranis, qui monté sur un cheval terrasse un monstre anguipède… un monstre mi-homme mi-serpent ou anguille. Plus concrètement, c’est une allégorie de la victoire du bien sur le mal.

Et comme le précise la Société Philomatique Vosgienne, « cette croyance est plutôt locale. Les colonnes à cavaliers se retrouvent dans le nord-est de la France, en Belgique et dans le sud-ouest de l’Allemagne. Elles prenaient une place importante dans les oppidums et autres structures d’habitation où l’on en trouvait d’ailleurs parfois plusieurs les unes à côté des autres, comme ce fut le cas ici. »

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.