Search
mercredi 23 sept 2020
  • :
  • :

Trois cas de suspicion de frelon asiatique dans les Vosges La Chambre d'Agriculture a été récemment informé de 3 signalements suspects de frelon asiatique dans le département

image_pdfimage_print
Frelon-Asiatik

(Illustration)

Pour Vincent Potaufeux son directeur, il y a en a eu « deux à Épinal et un dernier à Dinozé. Depuis l’apparition d’un premier nid à Bleurville en 2018 nous restons vigilants « .

Faisant partie des derniers départements non colonisés par l’insecte, les Vosges sont d’autant plus sensibilisées à la détection de nids, sachant que cela est synonyme de destruction de ruchers et de risque pour les personnes, un premier décès ayant été déploré en 2012. La variété asiatique comme l’européenne étant particulièrement agressives lorsque l’on passe à moins de 5 mètres de leurs nids.

Un réseau de vigilance utile

En cas de suspicion de frelon asiatique (  classé en 2013 « espèce exotique envahissante » au titre du code de l’environnement ), le Groupement de Défense Sanitaire demande de récolter le maximum d’informations sans prendre de risques. Le lieu exact de l’identification, la description précise de l’environnement immédiat du nid, une photo de bonne qualité du nid ou de l’insecte repéré, ou le cadavre de frelon. Il faut ensuite contacter le référent des Vosges en se connectant sur le site du GDS. L’objectif étant d’éviter que les frelons essaiment et se multiplient l’année suivante.

Ne pas confondre les deux variétés

Il faut prendre garde de ne pas confondre  les deux types de frelons, tout aussi dangereux les uns que les autres.  Le frelon européen ( Vespa crabo, deux fois la taille d’une guêpe commune ) rayé de jaune et de noir alors que ses antennes sont teintées de roux, et l’espèce invasive asiatique Vespa Velutina, plus petite et sombre de corps (rayures jaune fines, une jaune-orange large sur l’abdomen ) et avec des pattes jaunes. Cette variété introduite par accident depuis 2004 en Europe et en forte expansion, s’est spécialisée dans la prédation des abeilles alors que l’européenne pour nourrir son couvain, consomme plutôt des mouches, des guêpes, sauterelles, libellules, chenilles et araignées. C’est d’ailleurs une espèce protégée en Allemagne, car les frelons européens ont un rôle de prédateurs d’insectes parasites des ruchers. Les ouvrières crabo ont quant à elles un régime alimentaire de phytophage plutôt que de prédateur en se nourrissant de sucs végétaux, de fruits, de matières carnées abandonnées.

Lire la suite de l’article : https://epinalinfos.fr/2020/08/trois-cas-de-suspicion-de-frelon-asiatique-vosges/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.