Search
lundi 26 oct 2020
  • :
  • :

Mouvement de grève aux Maisons du XXIème siècle et Mosaïque

image_pdfimage_print
Mouvement_Grève_MXXI_MMosaïque

(Photographie Sud Santé Sociaux 88)

Une quarantaine de salariés des Maisons du XXIème siècle et Mosaïque, qui emploient 180 personnes au total, se sont mis en grève hier jeudi, à l’appel des syndicats CGT Action Santé Sociales et SUD Santé Sociaux. Ils ont été rejoints pas des parents de résidents au cours de la matinée. Une première pour les 2 établissements que ce mouvement de grève.

Le motif de ce mouvement de protestation ? Selon les syndicats, « des modifications horaires importantes ont été réalisées sans concertation ni prévenance des salariés, des résidents et des parents. Ce qui a pour conséquences un impact très important sur l’organisation du travail, de la vie des résidents, de l’organisation des salariés. » Les syndicats dénoncent également « des conditions de travail qui se sont fortement dégradées, notamment l’insécurité au sein des établissements. Les salariés ne sont pas entendus, pas respectés, ignorés. Les informations de la part de la direction sont contradictoires, voire absentes, et il y a une absence de communication. »

Affirmant son attachement au projet initié il y a 30 ans par l’association Turbulences, qui a permis l’ouverture des Maisons du XXIème siècle et Mosaïque, le personnel gréviste déplore cependant, à travers 2 lettres ouvertes, « un manque de moyen qui va impacter sur la qualité de vie de nos résidents, sur la qualité des soins et sur l’accompagnement. Nous nous refusons à élaborer des PPI – Projets Pédagogiques Individualisés – qui ne seront, du fait du manque de moyens humains et d’accompagnement de moindre qualité, peu réalisables, non évaluable par les éducateurs référents ».

Sont déplorées dans le même temps « la séparation du secteur enfant (IME) avec le secteur adulte (MAS), actée sans aucune concertation avec les équipes, une décision qui provoque chez nous exaspération et amertume » ainsi que « la disparition des spécificités du projet initial que sont le mélange des âges et des handicaps, le travail avec les familles et l’urbanité. En effet, depuis maintenant plusieurs mois et le départ en retraite du responsable de l’urbanité, aucune dynamique n’est à signaler dans ce secteur. Le travail entre personnels et familles est pratiquement inexistant. Il n’est plus défini, ni même structuré. »

Prenant en considération les revendications des syndicats et personnels grévistes, le Dr Jean-Marc Dollet, président de l’association Turbulences, est conscient « qu’il y a un malaise » et reconnait « que notre communication (NDLR : de l’association et de la direction) n’est pas toujours suffisante ». Mais il tient également à rappeler que l’actuelle réorganisation des 2 établissements découle de la mauvaise gestion de la précédente direction, en particulier de l’ancien directeur. « Le précédent directeur avait embauché beaucoup de salariés en CDD et contrats aidés. Lorsque les contrats aidés ont disparu, il a fallu que nous payons ces employés. Nous nous séparons donc des contrats aidés mais nous gardons des contrats en CDD pour assurer les remplacements. Mais il n’y aura pas de plan social ! »

Et le président de revenir plus en détail sur la situation. « Nous avons traversé une grave crise financière. Aujourd’hui nous avons remonté la pente budgétaire. Nous avons à nouveau la confiance de l’ARS Grand Est, qui a validé notre gestion. Pour permettre la poursuite sereine de l’activité, l’objectif de retour à l’équilibre pour 2021 est incontournable. Cette a été prise en Conseil d’Administration. Les règles de financement public ne permettent plus la reprise des déficits annuels, et notre association ne peut durablement assumer cette situation sur ses fonds propres. De plus, la crise sanitaire est arrivée à un moment où notre association n’avait pas achevé son programme de retour à l’équilibre. L’année 2019 s’est ainsi terminée avec un déficit de fonctionnement important et l’année 2020 sera également en déséquilibre. La situation reste préoccupante et nécessite encore notre vigilance de tous les instants. Nous savons que nous pouvons compter sur le sens de responsabilité du personnel et nous tenons à les remercier. Concrètement, nous avons manifesté notre reconnaissance en accordant une prime exceptionnelle à tous les salariés, indépendamment de l’effort consacré par les pouvoirs publics. »

Une réunion portant sur la réorganisation des Maisons du XXIème siècle et Mosaïque est prévue pour le début du mois de décembre.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.