Search
mercredi 28 oct 2020
  • :
  • :

Une Vosgienne confinée au Népal

image_pdfimage_print
LucieBolmont3

(Photographie Vosges Mag)

Après des voyages en Allemagne et en Russie, Lucie Bolmont, jeune vosgienne, décide de partir faire du volontariat au Népal. Le grand départ se fait en mars, accompagnée d’une amie, Anaïs. Mais une fois arrivées à la capitale, le voyage est chamboulé par la COVID-19. Une aventure que Lucie a couchée sur papier et qui pourrait bientôt se retrouver en libraire.

« C’est un voyage duquel je ressort grandie », annonce Lucie. La Vosgienne est partie au Népal pour effectuer du volontariat juste avant la fermeture des frontières. Les deux comparses devaient effectuer trois missions : dans le domaine de la permaculture, dans un temple et dans une réserve naturelle pour protéger les éléphants. Malheureusement, une fois arrivées au Népal, les deux jeunes femmes ne reçoivent aucune nouvelle de leur volontariat. De plus, elles ont interdiction de quitter le pays. Seuls 3 vols de rapatriement sont prévus par les autorités françaises. Mais les deux voyageuses décident de rester au Népal. La situation y est plutôt stable, Lucie explique que « les locaux étaient très positifs. Il n’y avait pas de cas et ils étaient persuadés que ça n’allait pas durer. Alors, nous sommes restées ». Malgré le stress, la pression et la peur, les deux jeunes femmes continuent leur aventure, mais sans volontariat ! Accueillies dans une famille népalaise pendant toute la période du confinement, Lucie et Anaïs se construisent une routine pour ne pas tourner en rond et surtout pour découvrir la région. Et c’est ce quotidien, composé à la fois de peur et d’émerveillement, que Lucie a couché sur papier.

Une aventure sur papier

Passionnée de littérature et de dessin, la Vosgienne n’a pas hésité à s’emparer de son carnet de bord et de sa plume pour raconter son quotidien de confinée au Népal. Lucie raconte qu’elle souhaite partager son expérience, « chacun dans le monde a vécu le confinement d’une manière différente, certains se sont sentis seuls, d’autres ont eu des difficultés… Je voulais montrer qu’à travers le monde, il y avait des histoires différentes et que ça nous a apporté quelque chose, et que malgré tout, il y avait du beau dans cette histoire ! ». De nature réservée, la jeune femme explique que ce voyage l’a fait grandir et que ce carnet de bord lui a permis de mettre sur papier ce qu’elle ressentait, ses difficultés et ses réflexions. Après plusieurs mois coincées au Népal, les deux jeunes femmes décident de sauter dans le dernier vol pour l’Europe afin de rentrer chez elles.  Un ultime périple qui n’aurait pas été de tout repos pour Lucie, qui a dut finir l’écriture de son carnet de bord chez elle, à Bellefontaine.

Un livre aux éditions Maïa

A son retour dans les Vosges, ses proches l’incitent à publier son carnet de bord. Mais pour Lucie ce n’est pas envisageable. Pourtant, l’idée commence à germer dans son esprit et fin août, elle décide de contacter les éditions Maïa qui acceptent de publier son livre. Depuis trois semaines, Lucie a commencé la campagne de promotion via Simply Crowd afin de financer la publication de son livre. Plusieurs paliers sont à atteindre jusqu’à 990€ (voire plus), somme à laquelle 500 exemplaires seront imprimés et diffusés. Pour l’instant, Lucie travaille sur la mise en page, la couverture et la correction avec l’éditeur. Mais ce livre aura quelque chose de particulier : il sera entièrement manuscrit ! « Je ne vois pas l’utilité de réécrire ça sur Word, j’ai envie de transmettre ce côté authentique du livre. Des fois il y a des fautes, il manque des mots… Et c’est ce côté imparfait que je trouve beau parce que ça raconte une histoire derrière » explique Lucie.

Source : www.vosgesmag.fr




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.