Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Face à l’accélération de l’épidémie, l’ARS Grand Est en appelle au renfort des professionnels de la santé

image_pdfimage_print

Les établissements de santé de notre région sont confrontés à une forte tension due à la reprise active de la circulation du virus sur l’ensemble du territoire : en semaine 13-2021, le nombre de nouveaux cas continue d’augmenter (17 549 nouveaux cas contre 16 621 en semaine 12-2021), le nombre de nouvelles hospitalisations et de nouvelles admissions en réanimation et soins intensifs pour Covid-19 reste à un niveau soutenu.
La poursuite de la mobilisation des professionnels est donc cruciale pour non seulement prendre en charge les patients atteints de Covid-19, mais aussi tous les autres patients et permettre ainsi un roulement des équipes hospitalières. Dans ce contexte, plus de 500 étudiants en santé sont actuellement mobilisés en renfort dans les structures de soins de la région Grand Est (médecins, pharmaciens, infirmiers, infirmiers spécialisés, aides-soignants) et 45 professionnels (médecins, infirmiers, aide soignants, kinésithérapeutes) sont venus en renforts depuis cette semaine via la réserve sanitaire.
En complément, l’ARS Grand Est avait dès l’été 2020 :
• lancé un appel volontaires via le site renfort RH pour recenser les professionnels qui peuvent intervenir ponctuellement en renfort et en fonction de leur disponibilité dans les structures de soins ;
• organisé la formation des professionnels et des étudiants en santé sur des actions nécessaires à la gestion de crise (réanimation, vaccination, testing…)
Ce jour, l’ARS Grand Est fait appel, une nouvelle fois, aux professionnels de santé retraités, étudiants, libéraux ou déjà inscrits à la réserve sanitaire pour venir renforcer les hôpitaux du Grand Est.
Qui est concerné ?
• Les étudiants en santé : ils peuvent tous être mobilisés, en tenant compte de la situation des étudiants en dernière année de formation, ainsi que des périodes d’examens. Ils perçoivent alors une indemnité exceptionnelle de stage durant cette période, par exemple une majoration de 100 % pour les étudiants en médecine, maïeutique, odontologie et pharmacie.
• Les professionnels de la réserve sanitaire : leur rémunération est augmentée, par exemple de 125 € à 200 € par jour pour une infirmière en activité.
• Les professionnels de santé hospitaliers et libéraux à la retraite : ils ne sont pas soumis au plafonnement du cumul de leur retraite et de leur revenu d’activité s’ils exercent cette activité, médicale ou paramédicale, dans un service Covid-19.
• Les médecins libéraux : en cas de perte d’activité, leurs frais fixes sont indemnisés, ce qui leur permet de renforcer les services Covid-19, puis de reprendre leur activité.
Contacts presse
ARS Grand Est : ars-grandest-presse@ars.sante.fr
Les professions les plus recherchées sont les médecins, infirmiers, infirmiers spécialisés en soins critiques,
Aides-soignants kinésithérapeutes.
La plateforme Renfort RH permet la mise en relation de professionnels de santé disponibles et
volontaires pour une mission et d’établissements de santé qui ont besoin de renforts. Tous les
volontaires sont invités à donc s’inscrire depuis cet été sur la plateforme : https://renfortrh.solidaritessante.
gouv.fr/
L’ARS Grand Est rend hommage et salue l’ensemble des équipes soignantes ainsi que les étudiants en
santé pour leur engagement sans faille depuis plus d’un an dans notre région.




11 réactions sur “Face à l’accélération de l’épidémie, l’ARS Grand Est en appelle au renfort des professionnels de la santé

  1. cloclo88

    C’est bien gentil de maintenant demander du renfort mais depuis le nombre d’année que les gouvernements et les ARS suppriment des lits …

    Quel honte pour les Vosges avec un taux de 350% d’occupation des lits de réa ! D’après le PRS 2018-2027, les Vosges possèdent 12 lits de soins intensifs soit 0,03 lits / 1000 habitants, le plus bas taux de tout le Grand-Est !

    https://www.grand-est.ars.sante.fr/system/files/2017-05/PRS2_Etat_des_lieux_05_OFFRE_SANTE_20170519.pdf

    répondre
    1. christian

      cher M.Cloclo
      aucun des lits supprimés ces dernières années n auraient été utiles pour soigner des patients réa covid. Au contraire grace à ces fermetures on a pu créer des lits réa ou tres techniques, certes pas assez en temps de pandémie mais suffisants pour une période normale.*De plus votre document date un peu.
      Pour juger de ce type de mesures encore faut il avoir connaissance de beaucoup d’éléments économiques, médicaux et politiques que vous n’avez à l’évidence pas intégrés.

      répondre
      1. jack

        « grâce à des fermetures de lits , on a pu ouvrir de nouveaux lits’…..si c’était de l’humour ,passe encore ,mais vous semblez convaincu par vos affirmations….visiblement vous aussi semblez n’avoir pas grande connaissance du sujet , ni grand sens de la logique:)

        répondre
    2. Ouille

      Je n’ai pas retrouvé le document.
      Mais j’avais lu que c’est le département des Vosges qui avait, ramené au nombre d’habitants, la plus faible proportion de lits de réanimations de l’ensemble des départements Français.

      répondre
  2. Cloclo88

    Cher Christian, travaillez vous à l’ARS ?

    Je n’ai peut-être pas vos connaissances politiques et économiques … mais ne vous en déplaise, en tant que citoyen et usagé des services de santé, je peux juger, et je juge sévèrement ce qu’est devenu l’hôpital et plus généralement le système de santé.
    Ce que je constate, c’est que des services ferment faute de médecins et que les Vosgiens sont de plus en plus obligés d’aller à Nancy pour être soignés.
    4200 lits ont été supprimés en France uniquement en 2018 et ne me faites pas croire que c’est uniquement pour créer des lits techniques …. c’est surtout pour faire des économie de budget ! On voit ce que cela donne … un hôpital en crise avec du personnel écoeuré en sous effectif et des malades qui subissent.
    Et la covid n’est qu’un amplificateur de la crise engendrée par la succession de décisions comptables.
    On se souviendra des paroles de l’ancien directeur de l’ARS qui en plein covid continuait dans le dogme : fermeture, réduction de peronnel … erreur de com ! il a été remercié, mais je suis persuadé que la crise passée cela reprendra de plus belle car après la covid il faudra bien trouver des économies à faire.
    La population vieillit, les besoins de soins augmentent, pendant ce temps le ministère de la santé réduit le personnel, et les lits … mais tout va bien ! On n’est pas sorti de l’auberge pardon de l’hôpital !

    répondre
  3. Ouille

    L’état Français consacre 11.3 % de son PIB à la santé.
    C’est l’un des plus gros ratio mondiaux.
    Mais comme avec l’AME elle s’est offerte de soigner gratuitement l’ensemble des indigents de la planète qui le désirent, cela a fini par impacter la qualité des soins apportée à ses propres concitoyens.

    répondre
    1. Cloclo88

      Ouille ouille ouille, la xénophobie et la fakenews !

      Vous savez très bien que ce n’est pas les 990 millions d’euros de l’AME (0,5% des 200 milliards d’euros pour la santé) qui plombent la santé de Français ! Mais pour votre discours xénophobe cela vous arrangerait bien !!
      Sachez que,même si l’humanité n’est pas une de vos valeur, sans accès au soin des personnes sur notre territoire, vous exposeriez toute la population française à la propagation de maladies infectieuses potentiellements graves.
      C’est toujours plus facile d’accuser l’étranger comme cause d’un problème d’un pays plutôt que de rechercher des solutions, c’est ce que sait très bien faire l’extrême droite depuis toujours ! Mais la mémoire de l’histoire est courte…

      répondre
      1. Ouille

        On va dire comme ça dit t’il en sortant son kleenex.

        Que les amateurs de frisson s’amusent à taper :
         » les effarantes dérives de l’aide médicale d’état ».
        Bonne lecture.

        Pas envie de finir à force en « clodo88 ».

        répondre
  4. Cloclo88

    Monsieur Ouille, vous vous trompez d’adversaire.
    Qu’il y ait des fraudes à l’AME, oui, c’est certain, comme il y en à pour d’autres prestations, et il faut lutter contre.Mais ces fraudes sont biens moins importantes que le montant total de l’évasion fiscale et de la fraude fiscale.
    Revenons à l’article de depart, faire croire (comme vous le faites) que d’économiser quelques centaines de millions resoudrait les problèmes du système de santé Francais est un mensonge et une manipulation ! Alors que récupérer les milliards de l’évasion fiscale changerait bien des choses !

    Mais il est toujours plus facile de dénoncer les fraudes des «petits» et des étrangers plutôt que de s’attaquer aux véritables fraudeurs que sont ceux qui pratiquent l’évasion fiscale, la fraude aux cotisations sociales,…

    Vous tombez dans le panneau de la manipulation : «ceux qui gagnent 100 000 €par mois, persuadent ceux qui en gagnent 1 800 que tout va mal à cause de ceux qui vivent avec 430 € ! Et ça marche… »

    répondre
    1. Ouille

      Le fameux recours à : oui mais l’évasion fiscale…..
      Les fraudes quelqu’elle soit sont à mettre dans le même sac.
      Sinon c’est open bar et il n’ y a plus de imite.
      Je fais partie de la catégorie des cochons de payeurs.
      Ceux qui payent de plus en plus et qui en échange ont droit à de moins en moins de choses .
      Cette catégorie de personnes commence a en avoir ras le bol.
      Faire le bien avec l’argent des autres c’est très facile.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.