Search
mardi 15 juin 2021
  • :
  • :

Une fresque sur l’orgue de choeur de la cathédrale de Saint-Dié-des-Vosges Une peinture à 4 mains par Marylène Colignon et Elisabeth Dumoulin

image_pdfimage_print

Marylène COLIGNON et Elisabeth DUMOULIN, deux plasticiennes membres depuis plus de vingt ans à la Mandroseraie, atelier de peinture, sous la direction de Claude Guillot, ont réalisé un projet de peinture sur les côtés intérieurs du « petit orgue » à la Cathédrale de Saint Dié des Vosges.

Cette décoration ne sera visible qu’aux moments du jeu instrumental. Les deux artistes n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’elles ont déjà fait des expositions collectives dans le cadre de la Mandroseraie et également des projets individuels : Expositions, couverture de livres et autres. Il n’y avait pas de sujet imposé, mais Marylène et Elisabeth étaient soucieuses de l’intégration de leur œuvre dans un environnement de toute beauté avec des vitraux de Bazaine qui illuminent le transept du coté nord de la Cathédrale dans des couleurs splendides.

Il fallait tenir compte aussi de la forme des volets pliables, qui n’ont pas une dimension habituelle de tableau. Comme source d’inspiration elles ont interprété une peinture du quatorzième siècle, « Christ au Jardin des Oliviers ». Panneau du retable (créé vers 1380). L’artiste anonyme est identifié en histoire de l’art comme Maître de Wittingau. Il est exposé à Prague, à la Narodni Galeri, département de l’art de Bohème. (Petite Encyclopédie de la Peinture de Stefano Zuffi). Deux personnages représentés sur le tableau sont particulièrement expressifs dans leurs attitudes. Il s’agit du Christ et d’un Saint endormi.

A partir de cette peinture elles ont imaginé une peinture stylisée, réalisée dans des tons clairs et lumineux pour que le tableau se détache sur le fond sombre. Elles ont peint sur du papier créant un grand nombre de feuilles dans des coloris harmonieux. Ces papiers ont ensuite été découpés et assemblés librement en gardant l’esprit du tableau. (Collage à partir de peinture acrylique et appliqué à l’aide de colle vinylique).

A la base il y a eu une réflexion sur la possibilité de travailler à deux avec la même méthode sur un projet commun. La difficulté était évidemment de réaliser un travail cohérant malgré des gestuelles différentes. Une fresque que les paroissiens pourront admirer lors de la messe de Saint-Déodat, le 20 juin prochain.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.