Search
vendredi 25 juin 2021
  • :
  • :

Pour ne pas oublier les déportés de Mannheim

image_pdfimage_print
Déportés_Mannheim (1)

(Photographies association des Déportés de Mannheim)

Les 7 et 8 novembre 1944, près de 1 700 habitants de la vallée de la Meurthe, dont 970 déodatiens, âgés de 18 à 45 ans, ont subis une rafle. Sous prétexte de devoir seulement creuser des fossés près de la ville pendant quelques jours, ils furent en réalité déportés dans des camps pour aller travailler de force, notamment dans des usines d’armement à Mannheim.

Survivants dans des conditions extrêmement difficiles, ils travailleront de force pendant six mois, jusqu’à leur libération par les soldats américains, fin mars 1945. Mais tous ne sont pas revenus. Ceux qui sont rentrés ont pu confier leurs témoignages. Il est primordial que leurs récits continuent d’être transmis aux jeunes générations, pour maintenir vivant le souvenir des victimes du nazisme.

« Je sais que vous oeuvrez pour construire une mémoire partagée, avec notamment des élus, des historiens et des lycéens de Mannheim. C’est le fondement de l’amitié entre les peuples. » C’est en ces termes que la sous-Préfète de l’arrondissement de Saint-Dié-des-Vosges, Carole Dabrigeon, ouvrait récemment une cérémonie traditionnelle qui, chaque année, vient rendre hommage aux « Déportés de Mannheim » face à la stèle érigée rue d’Alsace.

Cette année, c’est au lendemain du 8 mai que cet hommage a été rendu… « en souvenir de toutes ces victimes transférées de force et qui ne sont pas rentrées, toutes les victimes de la Deuxième Guerre Mondiale… » Un dépôt de gerbe est venu clore ce moment de recueillement à la mémoire des Déportés de Mannheim… pour ne pas oublier.




Une réaction sur “Pour ne pas oublier les déportés de Mannheim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.