Search
mardi 3 août 2021
  • :
  • :

Victime de harcèlement, un lycéen raconte

image_pdfimage_print
Rassemblement_Mattéo_Jacques (4)

La banderole déployée lors du rassemblent en soutien à Mattéo, vendredi 4 juin.

Mattéo est élève en classe de Terminale au lycée Beau-Jardin à Saint-Dié des Vosges, mais il ne se rend plus en cours depuis des semaines. Victime de harcèlement, il a tenté de mettre fin à ses jours il y a un mois, le 15 mai dernier. C’est au mois de mars que tout a commencé.

« J’ai appris par un ami qu’un livre d’une petite dizaine de pages circulait par mail et parfois même pendant les cours » commente mattéo » Son contenu est de la pure méchanceté, mêlant des faits réels avec des faits inventés. Ce livre, écrit par un élève de ma classe, mentionne mon nom ainsi que ceux d’autres élèves et de membres du personnel éducatif. Tout le monde était au courant sauf moi. Ce n’était d’ailleurs pas le premier livre, mais le second, et j’ai appris qu’un troisième allait suivre. Pourquoi avoir écrit cela ? Je ne sais pas. J’ai remonté l’information au lycée plusieurs fois, mais rien n’a été fait. L’élève responsable des moqueries et ses parents ont été convoqués, mais il n’y a pas eu de sanction. J’ai donc porté plainte contre cet élève. Je trouve que le proviseur de l’établissement, monsieur Massoni, se dédouane de la situation. Je pense qu’on devrait lutter fermement contre le harcèlement dans un lycée. Ce qui me choque, c’est que je suis la victime mais c’est moi qui reste à la maison. Aujourd’hui j’essaie de remonter la pente, je suis notamment suivi par une psychologue. Je vais prochainement passer les épreuves du Baccalauréat, mais je ne me sens pas pour autant guéri » détaille Mattéo tout en précisant, à propos du rassemblement en son soutien organisé le 4 juin dernier, « que ce n’était pas un rassemblement contre monsieur Massoni, mais contre le harcèlement. Je veux parler de ce qui m’arrive, pour aider d’autres victimes. C’est pour cela que j’ai pour projet d’écrire un livre avec ma psychologue. »

De son côté, le proviseur Gérard Massoni affirme que des mesures disciplinaires ont été prises à l’égard de l’élève concerné. « Mais ces mesures ne convenaient pas à Mattéo, qui a l’impression de ne pas être suffisamment soutenu. Un rassemblement a eu lieu devant le lycée pour le soutenir. Il y avait moins de 10 personnes, mais selon moi cela reste disproportionné. Mattéo a été trahi par un de ses camarades, qui a écrit des choses très désagréables à son sujet. Je comprends la peine de Mattéo. Je conçois qu’il se sente humilié et désespéré. Je ne mets pas en doute la véracité de sa souffrance. Mais je pense que nous avons fait ce que nous devions faire. Ces choses désagréables ont été écrites sur les réseaux sociaux. Mais nous n’avons pas la main sur les réseaux sociaux. Je pense que Mattéo et sa famille se trompent de cible. Une plainte pour diffamation a d’ailleurs été déposée, car le lycée a été jeté en pâture en laissant distiller l’idée que nous n’avons pas suffisamment agi. »

Pour rappel, le Gouvernement a mis en place un numéro vert (service et appel gratuits) pour aider les victimes de harcèlement et leurs familles : 30 20.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.