Search
mercredi 22 sept 2021
  • :
  • :

Covid-19 – La CGT-Santé des Vosges se mobilise contre l’obligation vaccinale imposée aux soignants Communiqué

image_pdfimage_print

L’Union syndicale départementale de la Santé et de l’Action Sociale a adressé à la Déléguée Territoriale de l’ARS une lettre ouverte concernant les inquiétudes de la CGT quant à l’entrée en application ce mercredi de l’obligation vaccinale dans les établissements de Santé pour les professionnels. 

« A compter de demain 15 Septembre 2021, des professionnels de la Santé et l’Action Sociale dans les Vosges vont tomber sous le coup de la mise en application de l’obligation vaccinale faite à certain-e-s professionnel-le-s issue de la loi du 5 Août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire : en résumé les agents qui demain ne seront pas vaccinés vont se voir financièrement sanctionnés.

Notre Fédération CGT Santé et Action Sociale a déposé un préavis de grève pour la journée du 14 Septembre 2021 pour demander des moyens supplémentaires dans notre secteur et surtout pour dénoncer l’entrée en application du passeport sanitaire et de l’obligation vaccinale faite aux soignants : c’est dans ce cadre que nous adressons à vous aujourd’hui.

L’USD CGT Santé 88 est favorable à une vaccination volontaire et cette vaccination large et massive est nécessaire : elle a fait la preuve de son efficacité pour endiguer les formes graves de la maladie notamment lié au variant Delta et par conséquent sur la mortalité. Cependant, nous sommes consternés à la CGT par ces mesures et l’application de cette loi suscite inquiétudes et interrogations!

Jusqu’à présent, les professionnels des établissements de Santé et l’Action Sociale des Vosges ont soigné ou pris en charge des patients ou résidents sans forcément être vaccinés et ceci n’a jamais conduit à une catastrophe sanitaire dans nos établissements vosgiens, les chiffres l’attestent.

Aujourd’hui, avec l’application de cette obligation vaccinale faite aux soignants sous peine de sanctions financières, on crée de nouvelles contraintes et on complexifie une situation qui était déjà tendue.

Aucun établissement ne peut raisonnablement se passer aujourd’hui d’aucun de ces soignants et professionnels : le travail s’effectue partout à flux tendu et une seule absence provoque déjà le désordre.

Rien ne semble avoir été envisagé pour combler les absences des collègues hostiles à la vaccination. Pour la CGT, concrètement; suspendre les personnels non-vaccinés, cela va signifier fermetures de lits dans les hôpitaux et de places dans les structures médico-sociales, une sollicitation de + en + importante des personnels en place et un risque d’épuisement professionnel accru.

Toutes ces mesures d’obligation vaccinale et de passeport sanitaire au sein d’un lieu de soin public créent des tensions inutiles et divisent les professionnels : le penchant de ce gouvernement et de ses serviteurs pour des mesures autoritaires et répressives constitue un problème idéologique pour la CGT.

Depuis le début de la crise sanitaire, les personnels de la Santé et l’Action Sociale dans les Vosges comme en France ont tenu bon ; ils sont venus parfois, à la demande de leurs directions; travailler malades du COVID mais asymptomatiques , d’autres fois sans masques et avec des sacs poubelle en guise de sur-blouses, on les a applaudis, ils étaient des héros! Aujourd’hui, ces soignants hostiles seraient devenus coupables de propager le virus!

Nous espérons vivement que des solutions dignes et humaines seront trouvées pour chaque agent réfractaire à la vaccination. Pour nous il faut convaincre sans contraindre ni évidemment priver de salaire et nous n’accepterons pas qu’un seul collègue soit mis à pied, nous avons besoin de tous.

Ethiquement, l’Hôpital Public ( le droit à la santé pour tous est une obligation déontologique absolue) prend un tournant inquiétant quant on voit qu’il dépense des sommes importantes pour le recrutement d’ «agents d’accueil et d’orientation» chargés de contrôler la validité et la conformité du passeport sanitaire à l’entrée des lieux de soins publics : il n’y a donc pas d’argent pour recruter des soignants mais il y en a pour recruter des vigiles dont on se demande bien, au passage ce qu’il va advenir d’eux après le 15 Novembre 2021.

Notre souhait serait que vous puissiez relayer notre demande de voir suspendre cette mesure insupportable d’obligation vaccinale pour les soignants.

Il faut utiliser l’arme de la pédagogie et de la promotion de la vaccination: tout ceci nous parait bien plus efficace que l’injonction qui a des effets dévastateurs sur le moral des soignants.

Nous souhaiterions pouvoir aborder le sujet lors d’une rencontre prochaine Madame la déléguée territoriale : ce sujet est sensible et mérite une attention particulière de la part de tous: des professionnels sont déjà fatigués et épuisés.

Convaincu de l’intérêt que vous porterez à notre demande, et dans l’attente de vous lire, recevez Madame la Déléguée Territoriale, l’expression de nos salutations respectueuses. »

Denis GILLET, Secrétaire Général CGT USD Santé et Action Sociale des VOSGES




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.