Search
mardi 7 déc 2021
  • :
  • :

Ali Zoubiri décoré de la médaille de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges

image_pdfimage_print
Ali_Zoubiri_Médaille_Ville_SDDV (9)

Ali Zoubiri (deuxième en partant de la droite) a été décoré de la médaille de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges ce mardi matin.

Ali Zoubiri est un nom bien connu à Saint-Dié-des-Vosges et en Déodatie, tout particulièrement à Fraize et Sainte-Marguerite. Car c’est dans ces 2 communes qu’il a développé et enseigné durant de nombreuses années le Nippon Kempo, un art martial japonais. Ce mardi matin, Ali Zoubiri a été décoré de la médaille de la Ville au Grand Salon de l’Hôtel de Ville déodatien, par le maire David Valence.

« Cette mise à l’honneur est une idée ancienne. Elle découle d’une proposition formulée il y a plusieurs années par Jean-Michel Kiener. Aujourd’hui, nous honorons une personne peut-être plus connue en dehors de la Déodatie qu’en son sein. Car dans son domaine d’activité, Ali Zoubiri est connu à travers le monde, dans des pays comme le Japon et le Brésil. Habitant du quartier Foucharupt, vous avez choisi de rester ici par fidélité du territoire » a déclaré David Valence, tout en soulignant que la médaille de la Ville est rarement décernée depuis son arrivée en 2014. « 5 ou 6 médailles ont été remises, pas plus. A chaque fois, elles vient décorer une personnalité qui a contribué au rayonnement de la ville. »

Né le 19 mai 1952 en Algérie, Ali Zoubiri arrive dans l’Hexagone à l’âge de 7 ans. Grand amateur de films d’action dès l’enfance, il se tourne vers le judo. Le 1er septembre 1982, il commencer à enseigner à Fraize, en qualité de professionnel des Arts Martiaux. C’est 2 ans plus tard qu’il découvre le Nippon Kempo, lors d’une manifestation organisée par le Judo-Club déodatien le 20 mai 1984. Ce jour-là, l’Italien Armand Santambrogio fit découvrir cet art martial pour la première fois en France.

Pour Ali Zoubiri, le coup de foudre est immédiat avec cette discipline, qui se pratique avec une armure – Bogu. Le principal atout de cette armure étant qu’elle permet de pouvoir porter les coups à pleine puissance. Et ainsi se rapprocher de réalité. Aujourd’hui 7ème Dan de Nippon Kempo, le plus haut degré pour un non Japonais, il est à l’origine et l’actuel président de l’Association Française de Nippon Kempo, mais aussi de l’Union Européenne de Nippon Kempo. Et bien que retraité, Ali Zoubiri pratique toujours sa discipline de cœur, à raison d’environ 2 heures par jour.

« Pratiquer le Nippon Kempo, pour moi c’est comme respirer ou manger. C’est un Art de vivre, c’est vital. Le Nippon Kempo est un recherche personnelle. Ce que je retiens de mes années d’enseignement, c’est ce que j’ai apporté aux élèves, qui m’ont autant apporté à moi. Ce qui compte à travers l’enseignement du Nippon Kempo, c’est de former des gens responsables, de bons citoyens. C’est ça qui reste, pas les médailles. C’est ma passion, mais aussi l’amour des gens, qui m’a emmené jusqu’ici. J’ai une pensée pour Philippe Kiener, sans qui cette aventure n’aurait pas eu lieu » a déclaré ce matin, ému, Ali Zoubiri, qui était entouré de sa famille et ses amis.

J.J.




Une réaction sur “Ali Zoubiri décoré de la médaille de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.