Search
mercredi 1 déc 2021
  • :
  • :

« Un bébé, un livre » au Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges

image_pdfimage_print

Un_Livre_Un_Bébé

« Un bébé, un livre » est une action nationale de prévention en orthophonie, initiée en Alsace en 2006, qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’illettrisme et la prévention des troubles du langage oral.

Après une parenthèse forcée en raison de la crise sanitaire, l’édition 2020 ayant été annulée, Caroline Finck, Marie Guiot, Charlène Massuyeau et Estelle Régin, toutes orthophonistes en Déodatie et toutes membres du Syndicat Départemental des Orthophonistes des Vosges, se sont rendues à la maternité et dans le service pédiatrie du Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges ce jeudi matin. Sur place, elles sont allées à la rencontre des jeunes mamans, des enfants hospitalisés et leurs familles, pour leur offrir des livres premier âge ou cartonnés ainsi qu’un petit guide du langage.

L’occasion également d’échanger, en répondant aux éventuelles interrogations des parents, mais aussi de sensibiliser ces derniers à la surexposition des jeunes enfants aux écrans. Une surexposition qui peut entraîner des troubles de l’attention et de la motricité, de même qu’un retard du développement psychomoteur. « Car un enfant devant un écran n’est pas dehors à bouger. D’une manière générale, les interactions sont très importantes chez les jeunes enfants, tout particulièrement la communication avec les parents. Ces différentes interactions, c’est ce que l’on appelle le bain de langage » ont souligné les 4 orthophonistes ce matin.

Pour aller plus loin, rendez-vous sur www.allo-ortho.com

J.J.




3 réactions sur “« Un bébé, un livre » au Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges

  1. Seb

    Il y a quelques mois, je suis allé voir mon médecin généraliste. Elle avait une copie d’un résultat sanguin sur lequel il était écrit que je dépassais un peu le taux de sucre dans le sang. Elle m’a demandé si je mangeais des produits sucrés. Spontanément, je lui ai répondu que sur 10 verres d’eau, je ne buvais qu’un seul verre avec du sirop. Le temps a passé et j’ai commencé à ressentir une sensation de faim que la prise de sucre faisait disparaître. Mais le problème se répétait. J’ai eu aussi parfois des sueurs sans raison. J’ai senti aussi que j’allais m’évanouir mais j’ai demandé à YHWH si je devais consulter un médecin mais Yéhoshoua m’a fait ressentir que je devais marcher par la foi, sans soins. J’ai saisi ma guérison ce matin et je sais que je suis guéri !!! J’ai une totale conviction. Mais j’ai dit au Seigneur que je ferai + attention à ce qui rentre dans ma bouche. Le 04/06/2019, j’ai été guéri de l’asthme. Mon Papa est fidèle !!!

    répondre
  2. l'esbaubi

    Hé bien, voila encore une semaine qui s’annonce riche en enseignements.

    Dés ce matin (le dimanche soir le modérateur – fatigué du sabbat de la veille – profite encore du jour du seigneur pour mieux ressusciter le lundi – on en apprend des choses.

    Et pas des moindres, j’en reste coi et il y a de quoi.

    Tout d’abord que notre bon ami Seb pourtant empli de foi, désobéit parfois à parfois au grand YHWH en allant consulter (une femme de surcroit – mais il est vrai que dans son église les femmes possèdent quand même une âme -).

    Et tout ça pourquoi: une p’tite glycémie qui se profile à l’horizon à cause d’un sirop tentateur dans un de ses dix verres d’eau quotidiens. Pas bien ça Monsieur Seb tomber dans la tentation est pécher.

    Au fait, c’est quoi cette eau ingurgitée ? Serait-elle de vie voire de feu?

    Et voila qu’après, notre incorrigible ami récidive avec carrément du sucre pour mettre fin à ses insupportables fringales qui lui donnent des sueurs froides pratiquement évanouissantes. Encore une fois pas bien.

    Mais hop, une petite consultation chez un spécialiste cette fois – et le tour est joué. Miracle: plus de symptôme et qui plus est tout ça sans aucun dépassement d’honoraire.

    Il a sut saisir la balle au bond le bougre. Faut dire que, depuis ce fameux 4/6/2019, il ne manque pas de souffle

    Et suivant la prescription de Yéhoshoua (alléluia à lui) il va faire attention à ce qu’il mettra dans sa bouche.

    A un bon mois des ripailles et autres soirées festives qui nous attendent, c’est pas une vraie vie d’ascète ça?

    J’en reste baba (au rhum évidemment) ou comme un rond de flan (au caramel).

    Là j’arrête, ça commence à partir en sucette…

    Mais on aura beaucoup appris ce lundi. On dit merci qui: merci not’bon Seb.

    Comme papa, je reste fidèle à votre maboulisme bon enfant.

    répondre
    1. l'esbaubi

      Petite erreur: il faut lire

      Tout d’abord que notre bon ami Seb pourtant empli de foi, désobéit parfois au grand YHWH en allant consulter (une femme de surcroit – mais il est vrai que dans son église les femmes possèdent quand même une âme -).

      Ne me demandez pas si j’ai mis trop de sucre dans ma boisson

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.