Search
lundi 24 jan 2022
  • :
  • :

Le Club Coeur et Santé de Saint-Dié-des-Vosges présent aux Journées Nationales de la Fédération Française de Cardiologie

image_pdfimage_print

Après une année de suspension, les journées nationales 2021 de la Fédération Française de Cardiologie ont eu lieu en présentiel les 19 et 20 novembre derniers à Paris. Une quinzaine de Lorrains étaient présents aux côtés de Marie-Laure Siégel, la nouvelle déléguée régionale, venant des clubs d’Epinal, Jarny, Lunéville, Metz, Mondelange, Sarreguemines et Saint-Dié. Ces journées ont été l’occasion de faire le point sur les actions récentes et les projets de la FFC.

La plénière d’ouverture

Après la matinée réservée aux nouveaux responsables de clubs, l’après-midi a débuté par une séance plénière animée par le Pr Furber, Président de la FFC, et Aline Carré, Déléguée nationale.

La Fédération

Il a été rappelé l’aide apportée par la FFC pendant les périodes de confinement avec l’aide aux club pratiquant la phase III avec des salariés (ce qui n’est pas le cas de notre club de Saint-Dié qui fonctionne uniquement avec des bénévoles) et pour la rentrée 2021 avec la prise en charge de l’assurance de la phase III pour tous les adhérents.

Après une baisse en 2020-2021, les adhésions remontent un peu partout dans les différentes régions, y compris au sein de l’Association de Cardiologie de Lorraine qui reste toujours l’association régionale qui comporte le plus d’adhérents.

Pour aider au développement d’autres régions et donner du temps aux bénévoles en les déchargeant notamment de tâches administratives et financières, la FFC a financé six postes d’animateurs régionaux partagés auprès de deux ou trois régions. Le but est aussi de créer de nouveaux clubs (il y en a actuellement 266) et de développer les Parcours du Cœur.

Les partenariats

La FFC a signé différents partenariats

  • au niveau institutionnel et ils concernent plusieurs ministères : Solidarité et Santé , Sports et Education nationale,
  • avec les fédérations de parents d’élèves notamment pour les Parcours du Cœur,
  • avec la Direction Générale de la Santé pour les gestes qui sauvent et pour les facteurs de risque cardiovasculaire,
  • avec des institutions privées :
    • Alliance contre le tabac en ciblant les femmes (campagne « Femmes libres »),
    • Réseau de transports d’électricité : lutte contre les maladies cardiovasculaires auprès des son personnel, mise à disposition de leurs SST (Sauveteurs Secouristes au travail) pour les Gestes qui sauvent, référents médicaux régionaux,
    • Résidences Domitys : prêt de locaux et de salles de conférences, d’équipement sportifs et de piscines…
    • Crédit Mutuel : tarifications spécifique pour les associations régionales et les clubs, utilisation de sa plateforme Internet pour la diffusion d’informations.

La communication

Le changement de logo et de charte graphique il y a un an avait comme objectif de faire mieux connaître la FFC, d’augmenter sa lisibilité, de cibler un public plus jeune.

Il y a eu de nouveaux supports, une refonte du site (encore en cours) avec des sites régionaux et la refonte complète des brochures, de nouvelles affiches pour les Parcours du Cœur et la création des Parcours du Cœur connectés.

Un film de présentation de la FFC a été créé ainsi qu’une nouvelle campagne sur les gestes qui sauvent avec un clip (« Osez agir ! Le pire est de ne rien faire ») et aussi une enquête sur ces gestes réalisée par l’IFOP (sur laquelle nous reviendrons prochainement).

Cinq émissions « C’est ma santé » ont été diffusées sur Radio France que vous pouvez réécouter en postcast. Une campagne de notoriété aura lieu sur les réseaux sociaux et les télévisions à Noël.

Le travail des commissions

Il n’a pas été interrompu par la Covid, bien au contraire, avec nombreuses réunions par télé-conférence. Des wébinaires ont été organisés.

Commission Associations de Cardiologie – Clubs Cœur et Santé – Patients

Elle a travaillé sur la « Base Cardio Région » qui récence les adhérents de tous les clubs et parmi eux ceux qui ont action de bénévoles. Pour Saint-Dié, elle est renseignée par Michel Antoine, président, et Jean-Paul Besombes, trésorier.

Des contacts ont été pris avec la Fédération Hospitalière de France qui regroupe les hôpitaux publics afin de favoriser le retour des clubs dans les hôpitaux pour leurs différentes activités.

Commission Gestes qui sauvent

Elle a effectué un recensement  auprès des clubs et des associations régionales sur leurs actions, leur équipement en défibrillateurs et matériel de formation et sur leurs besoins et leurs questions, ainsi que sur les qualifications de leur bénévoles (PSC1, SST, formateurs). Une équipe pédagogique a été désignée. Un plan de formation a été préparé. La commission a également travaillé sur le questionnaire d’une enquête sur l’arrêt cardiaque auprès du public réalisée il y a quelques mois par l’IFOP.

Commission Parcours du Cœur

Une nouvelle affiche a été réalisée, en gardant la chaussure rouge de la précédente communication.

En 2020, en raison de la pandémie, la FFC a mis en place les Parcours du Cœur connectés.

Commission Cœur de Femme

Une nouvelle brochure sur ce thème a été réalisée ainsi que des fiches sur les facteurs de risques cardiovasculaires et les particularités chez la femme.

Un programme d’éducation thérapeutique spécifique été élaboré en partenariat avec la Société Française de Cardiologie pour les services de réadaptation.

La campagne « Femmes libres » a été présentée.

Commission scientifique

Elle comprend des membres de la FFC et des membres extérieurs reconnus pour leur expertise dans différents domaines. Elle est chargée d’étudier les dossiers de demande de bourses de recherche qui sont dotés chaque année de plus de 3  millions d’€.

Le travail des commissions a été repris et détaillé lors des plénières du samedi matin (voir le deuxième article consacré aux journées de la FFC).

Cette première plénière s’est terminée par la présentation des différents salariés de la FFC qui sont les interlocuteurs réguliers des responsables des clubs.

Les ateliers

L’après-midi s’est poursuivie par trois sessions d’ateliers en petits groupes ayant comme thème.

Il y avait 9 ateliers différents avec trois sessions.

Les participants devaient faire deux choix par session et c’est le siège de la FFC qui faisait la répartition en fonction de l’ordre d’arrivée des inscriptions et des demandes.

Les deux déodatiens présents ont participé aux ateliers suivants :

  • Diversifier les activités physiques proposées par son Club.
  • Quelle formation des encadrants des activités des Clubs ?
  • Comment organiser la gouvernance bénévole de mon Club ?
  • Valorisation comptable des contributions volontaires, pourquoi, comment ?
  • Du parcours du cœur scolaire au parcours du cœur entreprise il n’y a qu’un pas.

Les autres ateliers avaient pour thèmes :

  • Communiquer efficacement avec ses adhérents actuels et potentiels.
  • Développer les partenariats financiers et institutionnels.
  • Accueillir et animer des bénévoles.
  • (Re)voir les bases de la gestion, notamment comptable, de son Club.

Un compte rendu de tous ces ateliers va être fait par la FFC et nous reviendrons sur les informations importantes dans un article ultérieur.




3 réactions sur “Le Club Coeur et Santé de Saint-Dié-des-Vosges présent aux Journées Nationales de la Fédération Française de Cardiologie

  1. Ezaru Isabelle

    Bonjour, je veux savoir comment peut-on faire partie du club ? J’ai été opéré de la carotide en janvier 2019, j’ai aussi la tension artérielle très haute, une surcharge pondérale malgré tous mes efforts, aussi je suis diabétiques, et j’ai du cholestérol..je marche et je m’active, mais seule c’est pas trop motivant..merci de me répondre.

    répondre
  2. Modéré

    Qu’en est’ il des 2 cardiologues ou futurs cardiologues qui vont être expulsés pour « erreur » administrative ou autres ?
    Dans une région où il manque de médecins spécialistes et autres c’est un véritable scandale et personne ne semble s’y intéresser vraiment .

    répondre
    1. Houla.

      C’est clairement incomprehensible.
      Ces dernieres années des centaines de milliers de clandestins sans aucunes qualifications ni formations sont arrivés en France.
      Ils sont autorisés (de facon tacite ) à rester sur notre sol alors que dans le meme temps on va expulser des personnes essentielles au bon fonctionnement d’un systeme de santé en lambeaux.
      Un pays de fous ou l’on marche complétement sur la tete.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.