Search
mardi 18 jan 2022
  • :
  • :

Présidentielles : Michel Fournier, président des maires ruraux de France, demande l’anonymat des parrainages

image_pdfimage_print
michel-fournier-maire-des-Voivres-1024x768

Michel Fournier (Archive. Photographie Mairie Les Voivres)

Dans trois mois, les électeurs français seront appelés à élire un nouveau président de la République pour les cinq années à venir. Pour pouvoir se présenter, les candidats ont besoin de recevoir le parrainage de 500 d’élus. Un objectif compliqué pour certains d’entre eux. Michel Fournier, maire de la commune de Les Voivres et président de l’Association des maires ruraux de France, demande l’anonymat des parrainages.

L’apport d’un parrainage à un candidat à l’élection présidentielle ne constitue pas un soutien à celui ci, ni même une approbation de sa tendance politique. « C’est pour permettre au débat démocratique d’avoir lieu », affirme Michel Fournier. Cependant, dans les faits, « systématiquement le parrainage donné assimile à la sensibilité ». Une conséquence néfaste, donc, pour l’image d’un maire ou pour la perception de son parrainage parmi la population. Mais ce n’est pas tout. « Il peut y avoir des conséquences pour le maire et pour la commune ». Des personnes en situations de pouvoir dans les collectivités peuvent compliquer les affaires de la mairie concernée, freiner des dossiers. « Ça existe », affirme le président des maire ruraux de France.« Si les parrainages étaient anonymes, ça ne mettrait pas en difficulté les maires ». Michel Fournier a donné de nombreux parrainages au cours de ses mandats. « Ça fait plus de 30 ans que je suis maire ». Mais pour l’élection de 2022, ce sera un peu différent. « C’est la première fois que je ne donnerai pas de parrainage ». La raison en est simple : du fait de sa fonction nationale, il ne souhaite pas que son parrainage soit interprété comme une prise de position officielle. Une autre méthode est parfois évoquée pour limiter la liste des candidats, le « parrainage citoyen » : un nombre défini d’électeurs apportant leur parrainage. « Je ne suis absolument pas favorable à cette autre possibilité », affirme le maire de Les Voivres. « On sait aujourd’hui qu’avec les réseaux sociaux, c’est très facile » de récolter des soutiens. Selon le président des maires ruraux, ce n’est pas une bonne solution.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.