Search
mercredi 25 mai 2022
  • :
  • :

Vers une nouvelle grève dans les établissements scolaires cette semaine ?

image_pdfimage_print
Journée_Nationale_Grève_Ecole (3)

Des parents d’élèves jeudi dernier, jour de grève, à la sortie de l’école Georges-Darmois de Saint-Dié-des-Vosges. (Archive)

Jeudi dernier, à l’appel des syndicats, une majorité des enseignants étaient en grève pour protester contre la gestion du Gouvernement de la crise sanitaire dans les établissements scolaires (lire notre article). Un mouvement de grève très suivi à travers le pays, et qui pourrait se poursuivre cette semaine.

Le Snes-FSU, syndicat majoritaire dans les collèges et lycées, mais aussi la CGT, FO, Sud-Solidaires, des syndicats lycéens et la FCPE, la fédération des parents d’élèves, appellent en effet à reconduire la grève ce jeudi 20 janvier. Leurs revendications restent similaires à la semaine dernière, à savoir des mesures plus précises et un plan d’urgence pour faire face à la pandémie de Covid-19 dans les établissements scolaires.

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, a notamment déclaré à France Info ce dimanche soir : « localement, il pourrait y avoir des grèves dans certaines académies ou certains départements, mais aussi des rassemblements. Le but est de rendre visible le fait qu’il y a encore beaucoup de questions à traiter. Sur le Baccalauréat, Jean-Michel Blanquer nous a dit que des discussions allaient s’ouvrir concernant les épreuves de spécialités prévues en mars. Vu l’urgence et le calendrier, les décisions doivent être prises très rapidement. On a aussi des interrogations sur des capteurs de CO². Le Premier ministre et celui de l’Education sont restés très évasifs jeudi soir. Le Snes-FSU appelle donc à s’engager dans une nouvelle journée d’action le 20 janvier, y compris par la grève. »

J.J.




17 réactions sur “Vers une nouvelle grève dans les établissements scolaires cette semaine ?

  1. Réponse à Pierrel

    Ah … le covid est de gauche … en fait ça ne m’étonne pas !
    Les profs sont de la chair à canon, on veut sauvegarder l’économie et on ne ferme pas les écoles. Les profs sont payés pour garder les gamins de ceux qui travaillent ou pas. Pierrel vous avez réagi lorsque les gilets jaunes bloquaient les ronds-points toute la journée ? Vous vous permettez de critiquer les profs mais eux bossent et ne passent pas leur temps à emmerder ceux qui vont travailler.
    Si un prof est absent à cause du covid vous allez encore le traiter de fainéant , de gauchiste ?
    Pour votre gouverne :
    – le lycée agricole de Mirecourt a été fermé car trop de cas de covid
    – Contrexéville : fermeture du multi-accueil Pitchoun’s
    – Covid-19 : 24 classes sont fermées dans les Vosges
    Ca ne vous suffit pas ?
    Pierrel allez retrouver vos copains gilets jaunes et laissez les profs en paix.

    répondre
  2. froissard

    Le enseignants, comme tous les fonctionnaires sont jetés en pâture, pour se faire casser du sucre sur le dos . N’opposons pas le secteur public au privé . Nous avons le même combat à mener : emplois-s salaires-retraites-formation-conditions de travail. S’attaquer aux services publics, pour en faire des marchandises, c’est rompre le principe d’une république, dont sa devise repose sur l’égalité ;Rappelons que notre République est une et indivisible . Ceux qui alimentent la haine, la division du monde du travail fracturent la société, faisant ainsi le jeu dangereux de populistes de tous poils . Respect et tolérance doivent nous guider en toutes circonstances, pour retrouver une société fraternelle .

    répondre
    1. Houla.

      Sacré egalité entre le public et le privé….

       » Nous avons effectué une comparaison des pensions servies pour deux hommes nés le 1er janvier 1955, mariés ayant eu deux enfants, et ayant fait toute leur carrière l’un dans le privé, l’autre dans le public, et finissant tous deux leur carrière à un salaire mensuel brut de 3.218 €. Bilan : le fonctionnaire touchera une pension nette de 2.235 € contre 1.655 € pour le salarié du privé, soit une différence mensuelle de 580 €.

      Ces deux cas ne résument pas toute la diversité de situations des millions de salariés, mais cette comparaison permet de tirer un certain nombre d’enseignements qui doivent aider à convaincre et servir de guide dans la future réforme qu’entend mener le gouvernement à partir de 2018.  »

      Source IFRAP.

      répondre
      1. l'esbaubi

        Source imprécise et incomplète. Où travaillaient ces personnes – car tout le monde sait bien que les salaires ne sont pas identiques en région parisienne et en province -?

        répondre
        1. Houla.

          L’etude precise juste qu’à revenu egal et condition familiale identique, la retraite d’un fonctionnaire et assez superieure à celle d’une personne du privé. Et ce, meme pour des personnes ayant excercées en province ou sur Paris..

          répondre
          1. l'esbaubi

            Désolé, mais ce n’est pas vrai. Ou alors avec mon épouse et moi (et nous sommes loin d’être les seuls dans ca cas) finirons exposés comme phénomènes et attendrons les cacahuètes que vous ne manquerez pas de venir nous offrir.
            Votre info est simplement de l’anti fonctionnaire primaire.

          2. Houla.

            Meme si cela vous gratte , les chiffres ne mentent pas .

            Taux de remplacement selon les régimes
            Selon le COR, le taux de remplacement correspond au rapport entre le montant de la retraite et celui du dernier revenu d’activité perçu. Le Comité de suivi des retraites estimait que le montant moyen d’une pension de droit direct en France se montait en moyenne à 1 306 €.

            Ce taux de remplacement est plus élevé dans la fonction publique – 75 % du traitement indiciaire brut pour une durée d’assurance complète –, car le régime des fonctionnaires est à la fois un régime de base et un régime complémentaire.

            Le taux de remplacement des salariés du secteur privé – affiliés à la fois à un régime de base et à un régime complémentaire (Agirc-Arrco) – est d’environ 50 %.

            Le niveau plus élevé des pensions dans le public résulte surtout d’une différence dans le calcul des retraites. En effet :

            Dans le privé, la pension est calculée à partir des 25 meilleures années de salaire pour la retraite du régime général. Les primes sont intégrées.
            Dans le public, le calcul de retraite est basé sur les 6 derniers mois de salaire. Les primes (de grade, de fonctions, de situations spécifiques, etc.) ne sont pas intégrées. Elles peuvent représenter de 15 à 25 % de la rémunération d’un fonctionnaire.
            Toutefois, les fonctionnaires perçoivent une pension complémentaire au titre de la Retraite additionnelle de la fonction publique (RAFP). Elle améliore leur taux de remplacement. Le calcul annuel des points acquis porte sur 20 % du traitement indiciaire brut annuel. Ce complément gomme partiellement la non-intégration des primes.

  3. à M. Pierrel

    Monsieur,
    Je vais vous laisser le titre et sous-titres de Vosges Matin, édition du 18/01/2022 :
    – Covid-19 : un record de contaminations dans les écoles de Lorraine
    – Un nombre record d’élèves contaminés en Lorraine
    – De nombreuses fermetures depuis les vacances de Noël
    – 415 classes sont fermées en Lorraine
    Cela ne vous suffit pas ? Votre critique envers les profs est inadmissible et vous devriez avoir honte de tenir de tels propos !
    Les profs veulent sauvegarder la santé de leurs élèves et la leur !
    Quand un un prof est face et donc à proximité d’une trentaine d’élèves fois X classes par jour, que risque-t-il à votre avis ?
    Ces profs n’ont-ils pas le droit de manifester leur mécontentement ? Les mesures sanitaires prises par le ministre de l’éducation nationale sont du pipi de chat. Il se moque de ses profs et il les envoie au front pour ne pas blesser les parents en cas d’enseignement à distance et afin de ne pas ralentir l’économie. Il se sert des profs comme d’un rempart sans s’occuper de leur santé. Vous devez savoir, malgré ses promesses qu’il n’y a pas de remplaçants et cela fait des années puisque certains établissements ont même mis des annonces à Pôle emploi !
    Alors, Monsieur Pierrel, gardez vos commentaires acerbes pour vous, ils sont indignes d’une personnes qui devrait regarder la vérité en face.

    répondre
  4. PierreL

    La vérité, Monsieur Outis, c’est que l’EN est un « SERVICE public » et qu’à ce titre il doit fonctionner, même et surtout quand il y a des difficultés.
    Il y va de l’intérêt de l’élève et de celui des parents qui ne rechignent pas à aller travailler, eux.
    Vous savez très bien que ces grèves, menées par des syndicats gauchistes, sont surtout politicardes. Il ne faudrait pas que le gouvernement puisse se targuer d’avoir maintenu les écoles ouvertes, n’est-ce pas ?

    répondre
    1. Souci

      Qu’appelez-vous des écoles ouvertes PierreL ? Une porte ouverte avec garderie ou un enseignement valable . Pour l’instant c’est dans la majorité des cas une garderie car les enseignants ne peuvent faire mieux .
      Quand une partie de la classe manque on enseigne à ceux qui restent . Quand les élèves absents reviennent on ne les laisse pas de côté on reprend à zéro , mais d’autres sont malades et ainsi de suite …Comment voulez- vous enseigner dans ce cas -là ? Si vous avez la solution magnifique !!! Et je doute que les parents se contentent de ce type d’enseignement . Et comme vous le soulignez les parents travaillent EUX et donc les enseignants font garderie .Et l’école est ouverte pour le gouvernement , son ministre et son président .
      Mais je le répète c’est juste la porte ouverte et je comprends les enseignants à qui on va reprocher de ne pas enseigner correctement mais cela est impossible dans cette situation . Si vous savez le faire Mr PierreL et autres râleurs , les enseignants vous attendent .

      répondre
  5. chouki

    Sans vouloir sembler jeter de l’huile sur le feu je préconiserais de faire un « pont grève » le vendredi et finir la manifestation sur Ibiza.

    répondre
  6. Oui à la grève des profs ! Non à certains commentaires ...

    On croit rêver !
    Pierrel vous êtes déconnecté de la réalité. Je vous cite « Il y va de l’intérêt de l’élève et de celui des parents qui ne rechignent pas à aller travailler, eux. » Vous vous prenez pour qui pour écrire cela ? Vous voulez dire que les enseignants veulent se défiler ? Vous ne manquez pas de toupet ! Tous les parents se trouvent face à face toute une journée avec une centaine de personnes ? Arrêtez vos délires. Vous n’aimez pas les profs on le sait et de toutes les façons je pense que vous en êtes jaloux. Combien de gens les critiquent car ils n’ont pas les compétences pour devenir enseignants et c’est une sorte de revanche de les mépriser. Tous les profs ne sont pas gauchistes comme vous le dites. Beaucoup d’entre eux vont voter Zemmour qui préconise l’école d’antan où les parents resteront à leur place. Comment voulez-vous que des ignares viennent donner des conseils de pédagogie aux profs ? Que les parents fassent l’éducation de leurs enfants et laissent les profs l’enseignement général. Ce n’est pas le cas actuellement. La vie de prof est si magnifique qu’il y a une crise des vocations chez les jeunes à cause des salaires et des parents qui se mêlent de tout.
    Alors Pierrel et acolytes quand passez-vous les concours bien évidemment si vous avez les diplômes requis (au minimum 4 ans après le bac) ? L’Education Nationale recrute et comme ça vous pourrez faire grève !!!!
    Quant à Houla, vous êtes aigri et pourquoi n’êtes-vous pas fonctionnaire ? Il fallait savoir choisir mais vous êtes sûrement comme Pierrel et je n’en dirai pas plus. Jaloux ….

    répondre
  7. PierreL

    Monsieur Outis, je ne mets pas en cause les enseignants dont l’immense majorité font consciencieusement leur travail.
    Je dénonce l’attitude des « syndicats » gauchistes qui ont fait de notre EN ce pitoyable service (???) public qu’elle est devenue au fil des ans.
    Quand ces « syndicats » manifesteront pour le retour de la discipline à l’école et de l’exigence au travail, tout le monde sera derrière eux.
    Mais sont-ils prêts à effacer mai 68 ? Je me souviens plutôt de la liesse du corps enseignant qui applaudissaient aux « il est interdit d’interdire » et autres conneries du même genre.
    Rien que pour créer le désordre, avec des arrière-pensées politicardes !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.