Search
dimanche 5 fév 2023
  • :
  • :

Les Cheminots CGT à l’heure du bilan

Écouter cet article
image_pdfimage_print
Hommage_Pierre_Semard_CGT (2)

Les Cheminots CGT lors de l’hommage à Pierre Semard avant l’assemblée générale, vendredi dernier.

Vendredi dernier, c’était au tour des Cheminots CGT de Saint-Dié-des-Vosges et Bruyères de tenir son assemblée générale, à l’issue de l’hommage rendu à Pierre Semard (lire notre article).

Ces assises annuelles, qui se sont déroulées à Saint-Michel-sur-Meurthe, étaient l’occasion de revenir sur l’activité et les mobilisations des années 2020 et 2021. « Face aux pressions sur le pouvoir d’achat, sur le devenir de la SNCF, sur les conquis sociaux et le système de santé, les retraités ont agi et manifesté tout au long de ces 2 années, et ce malgré les contraintes sanitaires » a déclaré Lucien Fritz, secrétaire de la section locale et cheminot retraité.

Et de poursuivre sur le sujet des retraites. « Les retraités ont perdu entre 10 à 12% en 15 ans de pouvoir d’achat soit 1 mois de pension en moins par an ; A côté les patrons du CAC sabrent tous les jours le champagne : 70 milliards de dividendes dans leurs poches. L’argent coule à flot mais rien pour les retraités. L’attribution de 100€ d’indemnité inflation pour les pensions inférieures à 2000€, et les 1,1% de cette année ne font pas illusion. Ce n’est pas de nature à boucher les trous avec une inflation de 3,5% à l’heure actuelle »

Le devenir de la SNCF a également été abordé lors de la séance. « Le constat est sans appel : c’est l’éclatement total avec sa privatisation et la casse du statut… Notre service public disparaît à l’instar d’autres secteurs de service public (poste, administrations ou EDF). Notons que la SNCF investi 1,5 milliards à l’étranger… et il n’ya pas d’argent pour nos lignes ! »

Concerne la ligne TER Epinal – Saint-Dié-des-Vosges – Strasbourg, rouverte depuis le 12 décembre 2021 (lire notre article), les Cheminots CGT demandent notamment des arrêts à Saint-Léonard et Docelles, une passerelle à Saint-Dié-des-Vosges, ainsi que la réouverture de la « ligne vitale » entre Buyères et Gérardmer.

La situation internationale, notamment la guerre en Ukraine, a également été abordée au cours de l’assemblée générale. « La CGT exige l’arrêt d’urgence des conflits internationaux, et s’élève avec force contre les nostalgiques guerriers et marchands d’armes qui prospèrent sur le dos des peuples. Partout nous devons amplifier la lutte pour la paix et le désarmement. »

Quant à leur calendrier syndical, les Cheminots CGT participeront à la Journée des droits des femmes de Remiremont demain mardi. Ils se mobiliseront également le 17 mars, cette fois-ci pour le salaires et les pensions ; le 24 mars pour les retraites à Nancy et le 31 mars à Paris.

J.J.

[caption id="attachment_179696" align="aligncenter" width="960"]Hommage_Pierre_Semard_CGT (2) Les Cheminots CGT lors de l'hommage à Pierre Semard avant l'assemblée générale, vendredi dernier.[/caption]

Vendredi dernier, c'était au tour des Cheminots CGT de Saint-Dié-des-Vosges et Bruyères de tenir son assemblée générale, à l'issue de l'hommage rendu à Pierre Semard (lire notre article).

Ces assises annuelles, qui se sont déroulées à Saint-Michel-sur-Meurthe, étaient l'occasion de revenir sur l'activité et les mobilisations des années 2020 et 2021. « Face aux pressions sur le pouvoir d'achat, sur le devenir de la SNCF, sur les conquis sociaux et le système de santé, les retraités ont agi et manifesté tout au long de ces 2 années, et ce malgré les contraintes sanitaires » a déclaré Lucien Fritz, secrétaire de la section locale et cheminot retraité. Et de poursuivre sur le sujet des retraites. « Les retraités ont perdu entre 10 à 12% en 15 ans de pouvoir d’achat soit 1 mois de pension en moins par an ; A côté les patrons du CAC sabrent tous les jours le champagne : 70 milliards de dividendes dans leurs poches. L'argent coule à flot mais rien pour les retraités. L’attribution de 100€ d’indemnité inflation pour les pensions inférieures à 2000€, et les 1,1% de cette année ne font pas illusion. Ce n’est pas de nature à boucher les trous avec une inflation de 3,5% à l’heure actuelle » Le devenir de la SNCF a également été abordé lors de la séance. « Le constat est sans appel : c’est l’éclatement total avec sa privatisation et la casse du statut... Notre service public disparaît à l’instar d’autres secteurs de service public (poste, administrations ou EDF). Notons que la SNCF investi 1,5 milliards à l’étranger... et il n'ya pas d’argent pour nos lignes ! » Concerne la ligne TER Epinal – Saint-Dié-des-Vosges – Strasbourg, rouverte depuis le 12 décembre 2021 (lire notre article), les Cheminots CGT demandent notamment des arrêts à Saint-Léonard et Docelles, une passerelle à Saint-Dié-des-Vosges, ainsi que la réouverture de la « ligne vitale » entre Buyères et Gérardmer. La situation internationale, notamment la guerre en Ukraine, a également été abordée au cours de l'assemblée générale. « La CGT exige l'arrêt d'urgence des conflits internationaux, et s’élève avec force contre les nostalgiques guerriers et marchands d’armes qui prospèrent sur le dos des peuples. Partout nous devons amplifier la lutte pour la paix et le désarmement. » Quant à leur calendrier syndical, les Cheminots CGT participeront à la Journée des droits des femmes de Remiremont demain mardi. Ils se mobiliseront également le 17 mars, cette fois-ci pour le salaires et les pensions ; le 24 mars pour les retraites à Nancy et le 31 mars à Paris. J.J.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.