Search
lundi 23 mai 2022
  • :
  • :

Fabrice Po, la tapisserie d’ameublement avec une âme

image_pdfimage_print

Portrait_Fabrice_Po (2)

Fabrice Podvin, Fabrice Po en abrégé, est sculpteur de crin et tapissier d’ameublement installé à La Voivre. Un métier-passion qu’il exerce depuis maintenant 8 ans.

« J’ai travaillé pendant presque 20 ans chez Faurecia, à Nompatelize. Lorsque l’usine a fermé, j’ai eu le choix d’être muté à Saint-Michel-sur-Meurthe ou me reconvertir. Tapissier d’ameublement est un métier que je regardais depuis toujours d’un coin de l’oeil, donc j’ai décidé de me lancer en suivant une formation de 2 ans au lycée des métiers de Neufchâteau. Là bas, j’y ai passé un CAP et des modules complémentaires. Suite à ça, j’ai commencé à fabriquer mes premiers fauteuils. En parallèle, je suis également sculpteur amateur mais sans technicité. Je sculpte depuis mon enfance, dès que j’ai un morceau de bois entre les mains. J’ai toujours été attiré par la déco, notamment par l’univers un peu fou de Philippe Starck. Les fauteuils, ça a été un concours de circonstances car j’ai eu la chance d’être en apprentissage avec Christophe Cherrier, à Liffol-le-Grand » explique Fabrice Po à propos de sa reconversion professionnelle, qu’il ne regrette pas un seul instant. « C’est une belle aventure, avec de très belles rencontres. »

Si le Veprien a effectué quelques restaurations traditionnelles de fauteuils, il a davantage été porté par ses créations. Des créations reconnaissables entre mille, car l’une des particularités de Fabrice Po est de réaliser des visages en relief dans le dossier de la plupart de ses chaises, fauteuils… et même du trône réalisé en partenariat avec l’ébéniste Benjamin Lerousseau. Pour lui, une chaise n’est pas qu’un simple siège, mais un support d’art. L’autre particularité du travail de Fabrice Po est qu’il utilise essentiellement – mais pas uniquement – la toile de jute et le crin pour ses créations. Sa principale inspiration ? Jean Cocteau.

« J’ai voulu détourner à la fois des techniques ancestrales et des techniques modernes. Je suis d’ailleurs toujours dans la recherche de détournement des techniques. Il y a tellement de technicité dans la tapisserie d’ameublement que les possibilités sont énormes. Et puis je ne voulais pas faire quelque chose qui se faisait déjà. J’ai donc développé mon univers propre. Pourquoi les visages ? Car à travers les visages, aussi durs soient-ils, on retrouve une âme. Dans les fauteuils, on retrouve l’âme de crin, via la couche de crin animal qui donne un peu de moelleux au fauteuil. Le fauteuil est aussi imprégné de l’âme des personnes qui se sont assises dedans, parfois durant des décennies. Travailler sur un fauteuil, c’est l’occasion de lui redonner une âme, une âme visuelle dans mon cas. »

L’artisan d’art travaille à domicile, dans sa maison de La Voivre. Principalement dans son garage, qu’il a transformé en un petit atelier, mais aussi dans son salon. « Je me rends compte que j’ai une situation privilégiée. J’ai la chance d’être conscient de ce que j’ai. Et si l’aventure perdure, c’est parce que j’y crois et parce que je vois le regard des gens sur mon travail. Aujourd’hui, j’ai des commandes régulières. Depuis des années, j’ai aussi la chance de pouvoir présenter mes créations. Et donc de faire connaître mon travail auprès du public. J’expose dans la région et au Luxembourg, de Nancy à Metz, en passant par Thionville, Epinal et Saint-Dié-des-Vosges, où je participe chaque été au festival Déod’Art. »

Si la crise sanitaire a été compliquée pour Fabrice Po, comme pour de nombreux artistes et artisans, il a su saisir une belle opportunité peu avant le premier confinement, puisqu’il enseigne désormais à mi-temps au lycée des métiers de Neufchâteau. « A travers cette opportunité, j’ai découvert un nouveau métier, celui de l’enseignement. Transmettre sa passion, c’est quelque chose de magique.Je leur explique notamment qu’il y a certes la tradition, mais qu’il est aussi important de continuer à faire évoluer le métier. J’estime qu’il faut vivre avec son temps et ses matières. A titre personnel, j’ai des idées de projets autour de nouvelles matières, de nouvelles teintes… »

Quant à la suite des événements, Fabrice Po participera, pas plus tard que ce week-end, aux Journées Européennes des Métiers d’Art – JEMA – au musée Pierre-Noël, aux côtés des ébénistes d’art Xavier Martin et Jean-Claude Vigneau, ainsi que du restaurateur bois Sébastien Milleville (lire notre article). L’occasion de découvrir son univers et quelques-unes de ses créations, d’assister à une démonstration, et d’échanger sur son métier-passion de tapissier d’ameublement. Contact et galerie de créations sur www.fabrice-po.fr.

J.J.




Une réaction sur “Fabrice Po, la tapisserie d’ameublement avec une âme

  1. francis laurent

    Bonsoir j’admire surtout votre parcours de vie ,cela ravive en moi ma passion première la peinture et la sculpture ou j’ais également fais mes études à Neufchâteau .j’espéré un jour vous rencontrer afin de partager nos passions , a bientôt .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.