Search
dimanche 22 mai 2022
  • :
  • :

Vosges – Mobilisation de l’intersyndicale pour le 1er mai La CGT, FO, FSU et Solidaires manifesteront à Epinal dimanche

image_pdfimage_print
manifestation-1er-mai-2

(Archive)

La date du 1er mai est synonyme de Journée internationale des travailleurs. En cette année 2022, le 1er mai tombe un dimanche, jour où les organisations syndicales des Vosges CGT, FO, FSU et Solidaires ont décidé de se rassembler et de se mobiliser pour une action commune à Epinal, « devant l’urgence de la situation et des revendications ». Le lieu de rassemblement de la manifestation est donné ce dimanche à 10h à la Préfecture des Vosges. Une prise de parole aura lieu devant la bourse du travail d’Epinal.

Parmi ses revendications, l’intersyndicale se positionne contre le recul de l’âge de la retraite et l’allongement de la durée de cotisations, et demande « une augmentation générale des pensions, des traitements et des salaires. » Sont également revendiqués le blocage des prix des carburants et des produits de première nécessité ; la suppression de la réforme de l’assurance chômage ; la fin de l’état d’urgence ; « la défense de la Sécurité Sociale et des services publics ». L’intersyndicale, qui veut faire de ce 1er mai « un moment de fort de réaffirmation des valeurs de solidarité, d’égalité et d’opposition à toutes formes de discriminations », manifestera également dimanche « contre la destruction de l’hôpital, contre la haine et pour la paix et la solidarité internationale ».

J.J.




7 réactions sur “Vosges – Mobilisation de l’intersyndicale pour le 1er mai

  1. chouki

    A la niche les « Nipper » (Jack Russell Terrier d’une marque bien connue) qui ont voté (et appelé à voter) pour celui qui est maintenant au pouvoir pour 5 ans.
    Soyez heureux !
    C’est drôle, ils n’ont pas confiance ?

    répondre
    1. LM88

      Ils sont complètement hors-sol ! Mettez-leur le Smic à 3000 € avec 7 semaines de congés et la seule chose qu’ils trouveront à faire, c’est de déposer un préavis de grève..
      Toujours à critiquer, mais pas une seule idée censée n’est proposée pour changer ce qui est en place..

      répondre
    2. L'elite on the bloc

      Voilà encore les trotskiste et les CGT istes de l’hôpital de Remiremont et leur groupes des urgences  » urgentistes en colère » catastrophique en terme de communication pour nos blouses blanches.
      Personne ne veut venir et visiblement il ne comprennent toujours pas pourquoi

      répondre
      1. chouki

        La sortie des oripeaux néo-communistes, à grands renforts de cégéteries, de lénineries, stalineries et autres bouchers marxistes n’est là que pour refouler l’habitant de base épouvanté par ces « buveurs de sang » et qui subit en silence…. ce ne serait pas fait exprès que ce ne serait pas mieux fait.
        Un peu comme la fausse mobilisation instrumentalisée des « laquais » déjà bien soumis pour aider l’état et la sncf à la suppression des trains locaux.
        (Le marteau et la faucille, ses profiteurs patentés, sont finalement très bien attachés au capital)

        répondre
        1. Traderidera

          chouki, j’ai l’impression qu’il y a un fond anticapitaliste dans ce que vous dites, mais je ne parviens pas à voir ce que vous dites exactement: les syndicats seraient des capitalistes d’état? Votre option serait un anticapitalisme sans état, local? auquel cas vous êtes sur des positions assez proches de certains syndicats comme la CNT qui pourrait vous intéresser.

          répondre
  2. FanFan88

    Quand on fait barrage on assume. Beaucoup d’entre vous ont voulu Macron. Dansez maintenant. En espérant vous voir plus sortir du bois lors des prochaines « restrictions sanitaires »

    répondre
  3. Traderidera

    Qui a appelé à voter Macron dans les orgas signataires? Toutes? Localement? Je ne crois pas.

    Qui a décrété que ces organisations réservaient les cortèges aux votants de Macron?

    Quelle différence Le pen aurait-elle fait au niveau de la politique de casse publique? Aucune, elle est elle aussi de droite, pour la privatisation de tout ce qui est possible de privatiser.

    Enfin, Qui a décrété que la politique c’était une fois tout les cinq ans et qu’après « on ferme sa gueule »? Si justement les syndicats et autres organisation combatives n’étaient pas là, on pourrait craindre que ce soit le cas. C’est pourquoi il est important que la politique ça soit quand il y a besoin (scoop: il y a besoin tout le temps)et pas juste en période d’élections qui ne changent de toute façon rien! Et donc que les abstentionnistes rejoignent les cortèges!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.