Search
vendredi 1 juil 2022
  • :
  • :

Le patrimoine déodatien réinterprété sous forme de légendes

image_pdfimage_print
Projet_Perceptions_Lycée_Jules-Ferry (1)

L’artiste Emilie Thieuleux utilise la technique de la sérigraphie pour réaliser les supports qui présentent les différentes légendes.

Les élèves de 2 classes de Première du lycée Jules-Ferry ont réinterprété le patrimoine de Saint-Dié-des-Vosges sous forme de légendes. L’idée de ce projet pédagogique, baptisé « Perceptions  » et qui s’inscrit dans le cadre du Comité Territorial pour l’Education Artistique et Culturelle, étant de faire découvrir – ou redécouvrir – le patrimoine urbain déodatien aux lycéens.

Afin de s’imprégner de ce patrimoine, ces derniers ont notamment visité le parcours des fresques street-art, « Histoires Urbaines », initié par la Galerie 36e Art. C’est en fin d’année dernière, au mois de novembre, que les adolescents ont commencé à plancher sur ce projet. Encadrés par les enseignants en Histoire-Géographie Didier Mathieu et Sylvie Renouard, ils se sont répartis par petits groupes de 3 à 5 élèves, avec pour tâche d’écrire une légende associée à l’un des monuments, bâtiments ou lieux de la ville. Chacune des 14 légendes nées du projet étant associées à un pictogramme.

Par exemple, la légende relative à l’usine Le Corbusier relate l’histoire de 2 frères, Edward et Charles Corbusier, qui sont surpris par un orage alors qu’ils sont à la pêche. Edward, attaqué par un corbeau alors que Charles s’enfuit chez lui, est furieux contre son frère. Lorsqu’il se regarde dans le miroir, il s’aperçoit que sa tête est celle d’un corbeau. Il découvre qu’il est atteint d’un virus inconnu, la Corbus Morbus. Toujours en froid avec son frère, Edward propage le virus à hauteur humaine. Pour rester hors de portée du du nuage, Charles construit une usine sur pilots qui fabrique des masques en forme de corbeau pour sauver la population et permettre à Edward de se promener dans les rues déodatiennes sans être jugé… et espérer ainsi une probable réconciliation.

Pour la partie graphique, qui comprend la réalisation des pictogrammes mais aussi les 4 supports sur lesquels sont présentés les légendes, les lycéens ont travaillé avec l’artiste Emilie Thieuleux ces 2 derniers mois, chaque mardi matin. C’est également sous l’égide de l’artiste que chaque groupe d’élèves s’est enregistré en lisant sa légende. Alors que le projet touche désormais à sa fin, avec une dernière séance la semaine prochaine, il sera restitué au moment des prochaines Journées du patrimoine, le week-end des 17 et 18 septembre.

J.J.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.