Search
mardi 5 juil 2022
  • :
  • :

SOS Massif des Vosges poursuit sa mobilisation « pour la quiétude et la sécurité dans le massif des Vosges » Pique-nique et marche protestataire dimanche 26 juin au Col de la Schlucht

image_pdfimage_print
Route des Crêtes

La Route des Crêtes. (Illustration)

SOS Massif des Vosges ne compte pas baisser les bras et poursuit sa mobilisation. Le dimanche 26 juin prochain, à partir de 10h, une marche et un pique-nique géant protestataires sont organisés au col de la Schlucht par le collectif, en partenariat avec Alsace Nature et les associations regroupées dans le collectif pour la quiétude et la sécurité dans le massif des Vosges. La marche, qui pourra se faire à pied, à vélo ou à cheval, empruntera la Route des Crêtes depuis la Schlucht jusqu’au Tanet, où aura lieu le pique-nique, avant de revenir au point de départ.

« Après les pétitions et mobilisations de SOS Vosges, puis du Collectif Grand Ballon et Crêtes et maintes associations, cela fait 2 ans que notre Collectif pour la quiétude et la sécurité dans le massif s’est créé vu l’exaspération toujours croissante, dont les autorités ne semblent toujours pas avoir pris conscience; depuis, après que le Haut Rhin eut expérimenté quelques radars de bruit sans qu’à ce jour aucun bilan n’ait été publié, après que le Préfet des Vosges eut financé à grand frais un séminaire “Nudge” qui a sombré dans l’anecdotique et le ridicule, après toutefois qu’ici et là, quelques opérations coup de poing de contrôle de bruit et de vitesse furent diligentées, rien de significatif n’a changé et les riverains et usagers du massif continuent de subir les mêmes nuisances » estime SOS Massif des Vosges.

Le collectif veut « montrer aux autorités politiques et administratives qu’il est plus que temps de prendre des décisions fortes et efficaces. […] Nous demandons qu’enfin des mesures structurelles efficaces et durables soient mises en place pour rendre au massif des Vosges son caractère paisible et naturel. […] Il est plus que temps de comprendre que la transformation du massif en circuit de vitesse et d’expérimentation pour les motos et les voitures de sport anciennes ou modernes, en plus des nuisances inacceptables qu’elle inflige aux riverains et aux usagers, décourage les potentiels visiteurs français ou étrangers. Un comble pour un massif qui fait du tourisme familial un axe majeur de son développement ! »

SOS Massif des Vosges revendique ainsi la fermeture de 2 tronçons de la Route des Crêtes aux moteurs, du col de la Schlucht au col du Calvaire et la route d’accès au Hohneck ; la limitation à 40km/h sur les routes d’accès aux cols ; l’installation de radars de bruit et de vitesse dans les vallées et sur les crêtes.

Les propositions du collectif sont présentées et détaillées dans le texte « Massif des Vosges : bruits, nuisances, insécurité, la révolte gronde… », et une pétition en ligne est accessible ici.

J.J.

SOS_Massif_Vosges_Marche_Pique-Nique_Protestation




38 réactions sur “SOS Massif des Vosges poursuit sa mobilisation « pour la quiétude et la sécurité dans le massif des Vosges »

  1. LM88

    Il suffit que la réglementation en place soit respectée et tout se passe bien. Par ailleurs, je suis entièrement d’accord pour que soient verbalisées les infractions causées par la vitesse excessive et le bruit des échappements libres.
    Je pense que les manifestants, qui vont accéder au col de la Schlucht avec leur SUV diesel, seront d’accord avec moi. À moins qu’ils ne se rendent sur place à pieds, ce dont je doute..
    À méditer..

    répondre
  2. Cousin

    Bonjour, Un monde parfait n’existe pas! Il y aura toujours des personnes pour dépasser les limites, des français et d’autres qui se voient imposer des limites dans leurs massifs (surtout en fin de semaines). Avec des réductions d’accès au massif vosgiens il y aura moins de fréquentation, moins d’activités économique ou autres : les auberges perdront de la clientèle pour sûr, les autres utilisateurs comme les parapentistes, les modélistes disparaitront du paysage, les familles seront moins nombreuses pour aller faire de la luge en hiver (il y a peu de neige en dessous de 800 m en hiver dans les Vosges). Par contre les randonneurs continueront à creuser des sillons et les sols continueront à s’éroder ; les randonneurs-marcheurs continueront à se débarrasser de leurs mégots de cigarettes à mêmes les sols, les fumées de leurs cigarettes continueront à polluer l’atmosphère. Les poseurs de pièges à ‘VTTistes’ cesseront probablement leurs exactions enfin (les VTT auront disparu du paysage) … Les agriculteurs cesseront aussi leur activité pastorale parce que l’agriculture (tracteurs) et les vaches vosgiennes polluent (méthane) ; les friches prendront possession des lieus et les paysages se fermeront. Ce n’est pas évident de trouver un juste équilibre, mais l’extrémisme n’est pas la solution. De mon coté je pratique beaucoup d’activités: marche à pieds, en raquettes, vélo, VTT, ski de font, moto et voiture ; j’ai aussi un jardin potager, de fleurs et des ruches (apiculture) : Je pense qu’il y a des personnes dans certaines associations qui ne prennent pas le même soin de la nature que moi et qui se revendiquent « écolo ». Pensez votre façon de vivre et pesez ce que vous faites, méditer et prenez les bonnes décisions sans excès…
    Cordialement.

    répondre
  3. Tonton Reporter

    Les clowns verts reprennent du service ???, ils feraient mieux d’entretenir les espaces verts de nos massifs gangrenées par les fougéres et les genêts, mais pour certains, il est plus facile de travailler avec la langue qu’avec les mains…

    répondre
  4. JSP

    Le massif vosgien n’a jamais eu de caractère « naturel et paisible », il est exploité, organisé, industrialisé et occupé par l’homme depuis la préhistoire.

    C’est le massif européen le plus densément peuplé.

    Au début du siècle dernier, des dizaines de téléphériques y montaient depuis les vallées. Un tramway touristique montait jusqu’au sommet du Hohneck, avec deux voies ferrées qui montaient depuis Munster et Gérardmer. Il y avait un golf et plusieurs terrains de tennis à la Schlucht. Des hôtels de luxe imposants, toujours à la Schlucht ou encore au Markstein. La route des crêtes elle-même fut tracée exclusivement pour les véhicules à moteur (militaires). Le massif vosgien est l’un des tous premiers endroits au monde où des systèmes de neige de culture furent conçus et installés (au Champ du Feu). Il accueillait également la toute première station de transfert d’énergie par pompage de France (Lac Noir / Lac Blanc) et d’autres infrastructures imposantes dont celles de la Régie Municipale d’Electricité de La Bresse qui devient la première commune vosgienne à bénéficier de l’éclairage public dès 1907.

    La vision romantique du massif défendue par certains relève d’une vision totalement fantasmée et biaisée, il s’agit d’un contre-sens historique total.

    répondre
    1. ?

      Tout ce que vous énumérez me semble bien moins polluant non seulement au point de vue bruit mais aussi de l’air. Même si le massif était occupé cela n’a rien à voir avec ce que l’on vit actuellement!!!

      répondre
      1. JSP

        Sur le bruit vous avez partiellement raison mais mon propos concernait l’affirmation selon laquelle le massif devrait retrouver un caractère « paisible et naturel » (je cite). Or ce caractère « paisible et naturel » n’a jamais existé et relève du fantasme romantique. Les chaumes d’altitude elles-mêmes n’ont rien de « naturel » et sont en réalité le fruit de défrichements humains, contrairement à ce que certains croyaient jusqu’il y a peu (voir la thèse de doctorat de Stéphanie GOEPP à ce sujet : « Origine, histoire et dynamique des Hautes-Chaumes du massif vosgien – Déterminismes environnementaux et actions de l’Homme »). Le chamois a été introduit par l’homme dans les années 50, de même pour la marmotte introduite très récemment par des chasseurs du côté de Belmont (67). On pourrait continuer la liste des activités d’exploitation du massif pendant des heures : le massif vosgien est un pionnier du ski en Europe, avec la fréquentation et les infrastructures que cela implique. Les premiers moniteurs de ski autrichiens ont été formés dans le massif par des skieurs strasbourgeois … L’homme est parfaitement à sa place dans ce massif et il n’a pas à être privatisé par des citadins romantiques ou des investisseurs immobiliers déçus.

        répondre
        1. Bingo

          Votre demonstration n’amene rien.
          Il n’y a aucune comparaison possible entre la frequentation des cretes dans les années 50 et celle de 2022.
          Le trafic et les nuisances qui vont avec ont du au bas mot décupler.

          répondre
          1. JSP

            @Bingo : Avez-vous conscience qu’il y avait, en 1910, une GARE au sommet du Hohneck ? Oui, une GARE, desservie par deux lignes de tramway qui montaient, la première depuis Gérardmer et la seconde depuis Munster ! On trouve facilement des photos et cartes postales de l’époque : le secteur était sur-fréquenté et la « chaume » totalement ravagée par l’érosion et par des dizaines de caténaires ! Côté « nuisances sonores » je vous laisse imaginer le boucan que généraient ces wagons sur leurs rails ! Quant à la route des crêtes elle a été ouverte UNIQUEMENT pour le trafic d’énormes engins militaires à moteurs ! Sans le moteur à explosion, il n’y aurait tout simplement pas eu de route des crêtes ! Que des piétons romantiques demandent aujourd’hui sa privatisation relève du burlesque

          2. Bingo

            Réponse au commentaire de JPS du 1 er Juin 2016 .
            Je reitere.
            Malgré le tramway, les cours de tennis à la Schlucht, les moniteurs de skis autrichiens formés par des skieurs strasbourgeois :) , la regie municipale d’electricité de la Bresse :) , … Il y avait sur les cretes vosgiennes 50 fois moins de nuisances, de pollutions, de vacarmes
            ( motos, voitures ) au debut et au millieu du XX eme siecle
            qu’ actuellement.

  5. Philou

    Parfait !
    Que les milliers de riverains exaspérés par le bruit de ces décérébrés se passent le mot !
    La valeur de leur immobilier divisée par 2 à cause des nuisances sonores valent bien un dimanche de protestation ; MERCI aux organisateurs.

    répondre
    1. FanFan88

      Si la valeur de votre bien immobilier chute de 50% ce n’est certainement pas à cause du bruit. Cherchez plutôt du côté de l’attractivité touristique et/ou économique.

      répondre
      1. houlà.

        Dans les Vosges, sans juger des consequences bonnes et mauvaises, l’attractivité touristique fait monter le prix des biens.
        La desherance economique l’a fait chuter.

        répondre
  6. Cousin

    Bonjour,
    Si c’est autorisé je vous joint un lien vers un article qui devrait en intéresser plus d’un et j’espère que nous n’avons pas d’écolo fumeur dans nos rangs: « https://www.notretemps.com/depeches/l-industrie-du-tabac-un-poison-aussi-pour-l-environnement-selon-l-oms-52204 ».
    Alors vous êtes toujours écolo et fumeur, n’y aurait-il pas une contradiction là dedans?
    Slts

    répondre
  7. Pierre G

    Courage. Le bruit des motos et voitures de sport pourrissent la vie de millions de français. En face, comme c’est le cas ici, les opposants caricaturent cela en combat « mangeur de tofu » qui veulent faire entrer le pays en décroissance. C’est juste idiot. Le bruit est vrai problème de santé publique, plusieurs études le reconnaissent (sommeil, trouble de l’attention…)… Les motards ne respectent pas les gens et beaucoup de politiciens s’en fichent. Il est temps que ça change et que la majorité silencieuse s’exprime. Bravo à vous

    répondre
    1. JSP

      @Pierre G : l’immense majorité des motocyclettes ont été acquises légalement et sont parfaitement conformes à leur carte grise et à leur certificat de conformité. La présence de ces véhicules sur nos routes relève d’un droit de circuler tout à fait banal. Votre quête de « silence » dans le massif vosgien en revanche relève d’un contresens historique total (cf. mon commentaire du 31/05 9h37 ci-dessus). Le massif a déjà été beaucoup, beaucoup plus bruyant dans les siècles précédents qu’il ne l’est aujourd’hui. Concernant les radars sonores testés sur la route des crêtes, les autorités se sont rapidement rendu compte que les nuisances sonores les plus importantes étaient en réalité générées par les engins agricoles des marcairies d’altitude qui faisaient littéralement exploser les mesures. Evitons d’imposer une vision romantique fantasmée à un massif qui a toujours été exploité, industrialisé, façonné et habité par l’homme. Le massif des Vosges n’est ni le Queyras, ni les Ecrins.

      répondre
      1. CBT

        On pourrait avoir une copie du rapport des autorités qui dit que: » les autorités se sont rapidement rendu compte que les nuisances sonores les plus importantes étaient en réalité générées par les engins agricoles des marcairies d’altitude qui faisaient littéralement exploser les mesures. »

        répondre
      2. Pierre G

        Continuez à nier. La moto bruyante n’a plus d’avenir. Les plaintes explosent de partout. Les gens n’en peuvent plus. Niez la souffrance d’autrui face aux bruits n’est pas glorieux. Vous devriez avoir honte.

        répondre
  8. FanFan88

    En tant que randonneur occasionnel, cycliste très régulier et motard je trouve qu’interdire le massif aux motos est nul et ce serait probablement le début d’une escalade dans diverses interdictions. Par contre effectuer davantage de contrôles de vitesse et de comportement, sans verser dans le harcèlement, ce serait peut-être une solution. La présence régulière de la gendarmerie aurait un impact inévitablement.

    répondre
    1. Bingo

      C’est le mélange d’ exces et de laxisme qui mene aux interdictions.

      Certains motards sur les routes des hautes Vosges se croient au bol d’ or.
      Si les autorités etaient moins laxistes et multipliaient les controles de vitesse et de bruit à l’encontre de ces engins pétaradants , nous ne serions pas exposés à des mesures restrictives .

      répondre
  9. JSP

    Extrait de l’Est Républicain, 6 août 1906 soit il y a 116 ans :

    « On n’a pas beaucoup dormi à Bussang pendant cette nuit. Les concurrents avaient eu l’idée, pour s’alléger et pour donner plus de puissance au moteur, d’enlever le pot d’échappement de leurs machines, et comme ils ont circulé jusqu’à une heure avancée de la soirée, ce fut dans tout Bussang et sur la route de l’Hôtel des Sources, une pétarade effrénée ».

    5 août 1906, Coupe Paul Lederlin. Disputée sous un temps superbe, la coupe Lederlin est organisée sur les 9 km de la route du Ballon d’Alsace avec une pente moyenne de 6.83%. Le départ est donné à Saint Maurice de Moselle et l’arrivée à la frontière du Haut-Rhin. Les 50 chauffeurs issus de différents Automobiles Clubs alsaciens, belfortains, lorrains et vosgiens concourent avec leur propre voiture. Ettore Bugatti sur Mathis termine 2ème de la sixième catégorie.

    Deux photos de cet évènement extrêmement bruyant et générant une affluence monstre sur les crêtes :

    https://archives.territoiredebelfort.fr/images/a890e7ed-82f5-4bd1-b777-4ab2cd8c14f6_img-notice.jpg

    https://www.cparama.com/forum/cartes2014a/1415438852-Ballon-d-Alsace-1908-1-.jpg

    Le massif vosgien n’a jamais vraiment été ni « paisible », ni « naturel ».

    Par ailleurs il faut rappeler aux piétons romantiques que la route des crêtes est déjà totalement fermée et inaccessible aux véhicules (car non déneigée et barrée par des pistes de ski) entre la mi-novembre et la mi-avril soit pendant près de 5 mois consécutifs.

    répondre
    1. Bingo

      Decidemment la nuance et vous ça fait deux..
      Vous comparez un epiphenome ponctuel et tres localisé qui à eu lieu en 1906 , avec les envahissements en 2022 de dizaines de milliers de vehicules à moteurs CHAQUE week end sur l’ENSEMBLE des cretes vosgiennes.

      répondre
      1. JSP

        Il existe également des photos de la supérette qui se trouvait au sommet du Hohneck dès la fin du 19ème siècle (c’est-à-dire il y a 120 ou 130 ans), supérette appelée « BAZAR DU HOHNECK », ça vous intéresse ? Qui construit une SUPERETTE et un HOTEL de 4 niveaux (beaucoup plus grand que l’actuel) sur un sommet lorsque sa fréquentation est « ponctuelle » et « épiphénoménique » ?

        répondre
        1. houlà.

          Quelques chiffres pour guider votre reflexion.

          Parc automobile francais ( hors motos ).
          12 000 vehicules en 1905.
          2.3 millions en 1950.
          45 millions en 2020.

          D’ou par ricochet le probleme sur les cretes.
          Si vous ne comprenez pas ça, on va s’en tenir là.

          répondre
  10. JSP

    Pour illustrer mes propos précédents voici quelques photos prises entre la fin du 19ème et la première moitié du 20ème :

    – affluence automobile au Markstein :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/001/168/010/435_001.jpg

    – grand hôtel du Markstein (pour ceux qui ne le savent pas il y avait une piscine olympique là-dedans ! ) désormais ruiné :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/000/990/062/741_001.jpg

    – affluence automobile au Markstein :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/000/187/691/254_001.jpg

    – affluence mécanique à La Schlucht, avec entre autres deux magnifiques motocyclettes :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/000/408/599/054_001.jpg

    – parking automobile bondé au Hohneck :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/001/523/125/653_001.jpg

    – infrastructures touristiques massives au Hohneck :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/000/181/158/649_001.jpg

    – ça bouchonne au Valtin :

    https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/001/124/464/510_001.jpg

    – la supérette « Bazar du Hohneck » au sommet :

    https://www.cparama.com/forum/cartes2019/1558507382-Le-Hohneck-88.jpg

    – chemin de fer, caténaires, fréquentation et érosion au Hohneck :

    https://p.cartorum.fr/recto/800/000/046/768-bresse-hohneck-arrivee-tramway-electrique.jpg

    Le caractère « paisible » et « naturel » du massif vosgien revendiqué par cette association est plus que discutable, il relève de la supercherie.

    répondre
    1. Guillaume88

      Un membre de ma famille qui avait assisté dans sa jeunesse à ce genre de prise de vue me racontait que la société photographique s’arrangeait pour montrer dans la mise en scène le maximum de véhicule pour faire « moderne ». C’est d’ailleurs bien visible dans la photo de La Schlucht.
      C’était une autre époque.
      Heureusement ça change. Mais à l’heure actuelle il reste encore quelques croulant trop fatigués pour marcher.

      répondre
      1. JSP

        @Guillaume88 : et l’hôtel de 4 étages avec sa superette, construits au sommet du Hohneck il y a plus d’un siècle, c’était aussi pour la photo ?

        La gare de tramway à 1300 mètres d’altitude, desservie par 2 lignes distinctes ayant généré des centaines de milliers de billets (plus de 400.000 tickets vendus en 5 ans uniquement pour la moitié alsacienne de la ligne), c’était pour la photo ?

        Les palaces de luxe monumentaux avec piscines intérieures (Markstein, Altenberg, etc), c’était pour la photo ?

        https://www.cparama.com/forum/cartes2016/1466769015-Vosges-cols-3482.jpg

        https://www.delcampe.net/static/img_large/auction/000/862/345/714_001.jpg

        Les rêveurs romantiques devraient faire le deuil d’un massif vosgien « naturel et paisible » qu’ils fantasment.

        répondre
        1. houlà.

          Tramway Munster /La Schlucht.
          Transport en commun elecrique SILENCIEUX et non POLLUANT.
          400 000 passagers de 1907 à 1914 Soit 150 passagers jours…..

          Rien à voir avec les dizaines de miliers de vehicules bruyants et polluants qui chaque week end en été , sillonnent l’ENSEMBLE de la route des cretes.

          Revendez votre petrolette et arretez de nous bassiner avec des arguments qui n’en sont pas… :)

          répondre
          1. JSP

            Les tramways de l’époque (et même ceux d’aujourd’hui, voir les procès intentés par les riverains excédés du tram de Strasbourg) étaient au contraire extrêmement bruyants, il faut même imaginer un VACARME ASSOURDISSANT !

            Votre moyenne de 150 passages par jour est bien entendu fallacieuse, puisque l’affluence était, comme actuellement, très concentrée sur certaines périodes de l’année et que vous faites mine d’oublier l’affluence générée par la seconde ligne de tram (Gérardmer – La Schlucht – Hohneck) dont la fréquentation devait être bien supérieure puisqu’elle drainait toute la bourgeoisie et toute l’aristocratie parisienne !

            A cette affluence déjà stratosphérique, il ne faudrait surtout pas manquer d’ajouter l’affluence drainée par les automobiles, ni celle générée par les innombrables lignes d’autocars et autres « omnibus » touristiques avec leur très gros moteurs : il faut imaginer le boucan émis par les moteurs de l’époque qui faisaient 4, 6 ou même 8 litres de cylindrée ! Quelle époque :-)

          2. houlà.

            Vous n’avez pas du me lire.
            12 000 vehicules en circulation dans toute la France en 1905.
            45 millions en 2020.
            C’est dire si on devait etre tres embeté par les vehicules au debut du siecle dernier sur les cretes :)
            Et vous devez etre le seul et votre mauvaise foi à croire au vacarme
             » assourdissant » d’un tramway electrique :)

          3. JSP

            Je ne conteste pas vos chiffres. Je crois en revanche que l’on ne parle pas de la même chose. Vous vous focalisez sur le trafic automobile alors que de mon côté je conteste le caractère « naturel et paisible » du massif vosgien.

            Ce caractère « naturel et paisible » du massif est revendiqué par cette association et sert de base à tout son raisonnement. Cette revendication est présentée comme un AXIOME alors qu’elle est fausse et remet donc en cause l’ensemble du raisonnement qui relève du SOPHISME.

            Je pense avoir apporté suffisamment de documents, de chiffres et de faits sourcés pour démontrer que le massif vosgien n’a jamais été « naturel et paisible ».

            Le « bruit » n’a jamais été considéré comme une nuisance, c’est un caprice très récent de citadins fragiles et de bobos romantiques déconnectés des réalités historiques. N’hésitez pas à consulter les travaux récents d’archéologie du paysage sonore, c’est une discipline tout à fait passionnante.

  11. cochlée

    Le troll qui a le temps d’étaler sa culture hors-sujet, devrait comme tous les autres motards, réfléchir à son rapport à son « engin » , substitut évident à une défaillance organique et/ou psychique à peine voilée …c’est triste car les riverains victimes des pétarades nerveuses de compensation, n’y peuvent rien, en toute bonne foi.
    Mesdames, ne pourriez-vous pas avoir l’honnêteté de leur dire, une fois pour toutes, qu’ils sont pathétiques ?

    répondre
    1. FanFan88

      Tiens une représentante de l’écolo-feminisle… C’est rare et c’est tant mieux.il s’agit d’une espèce endémique des villes très peu présente e la campagne. Le genre de castratrice progressiste qui parle de manque de virilité… Quelle farce alors!!! Allons Madame ou Mademoiselle ou que sais-je encore, ce genre de laïus ridicule ne trouve d’écho que chez les gens hors-sol, cocasse pour un.e defenseur.euse de l’écologie. (Soit dit en passant ma moto et la virilité font très bon ménage). Bises.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.