Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

Les cheminots syndiqués de la Déodatie ne veulent pas d’un « accord salarial au rabais »

image_pdfimage_print
Mobilisation_Cheminots_CGT_SDDV (4)

(Photographies syndicat CGT Cheminots de Saint-Dié-des-Vosges)

Un mouvement de grève était lancé hier mercredi par les syndicats de la SNCF – CGT, Sud Rail, UNSA et CFDT – qui réclament une hausse générale des salaires. La direction a accordé une augmentation de plus de 3%, jugée insuffisante par les syndicats.

A Saint-Dié-des-Vosges, des cheminots grévistes se sont réunis à la gare ferroviaire, où s’est tenue une assemblée générale autour de cette question des salaires. De cette assemblée générale, il en est ressorti que les cheminots déodatiens estiment que « même si l’augmentation n’est pas à la hauteur des enjeux, nous mettons par la mobilisation fin à 8 ans de gel des salaires. »

Les cheminots de la Déodatie ont décidé d’envoyer une lettre ouverte aux 4 organisations syndicales représentatives, « pour ne pas signer d’accord salarial au rabais, et pour dès à présent construire une mobilisation de haut niveau dans les semaines à venir. La SNCF doit rendre l’argent aux cheminots. »

Dans cette lettre ouverte, il est notamment demandé une augmentation générale des salaires de l’ordre de 10% minimum, une augmentation de la prime de travail et une revalorisation de la prime de vacances et des EVS, mais aussi que l’ensemble des mesures soient applicables à tous les cheminots quel que soit la nature de leur contrat de travail.

J.J.




5 réactions sur “Les cheminots syndiqués de la Déodatie ne veulent pas d’un « accord salarial au rabais »

  1. Michel

    Quelle honte de faire grève pendant les départ en vacances
    les cheminots prennent les gens en otage
    C’est vrai ils n’ont pas beaucoup d’avantages ( retraite, primes, gratuite des voyages en train, ce, etc … )
    Il y en a marre de payer ( impôts ) pour ces fainéants
    Il faut les privatiser au plus vite la SNCF coûte trop cher à l’état

    répondre
    1. Ouille

      C’est l’etat (et les regions ) qui prend en charge le deficit de fonctionnement( 13 miliards annuel ), le deficit des retraites des cheminots ( 3 milliards annuel) et les reprises de dettes de la SNCF ( 50 milliards cumulés ),
      Meme ceux qui ne prennent jamais le train doivent mettre a main à la poche.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.