Search
vendredi 7 oct 2022
  • :
  • :

La PM occupe le terrain Sécurité avant tout !

image_pdfimage_print

controles Police (2)

Les agents de la police municipale étaient récemment postés rue Ernest-Colin afin d’effectuer des contrôles de routine principalement axés sur l’état des véhicules et les infractions au code de la route.

controles Police (1)Un premier véhicule est arrêté, le constat est sans appel : pneus lisses, un pot d’échappement ne tenant plus qu’à l’aide de fil de fer etc. Les agents de Police n’ont pas le choix et doivent procéder à l’immobilisation pour préserver la sécurité de tous. La conductrice en est quitte pour une amende de 4ème classe d’un montant de 135 euros et devra patienter jusqu’à ce qu’un membre de sa famille vienne la chercher sur place. Entre temps, c’est au tout d’un jeune homme en trottinette qui avait circulé sur le trottoir, et sans casque, d’être verbalisé d’un montant identique.

Un peu plus loin, un autre agent contrôle la vitesse aux « jumelles »… Le poste mobile de proximité est là, les véhicules, des agents à VTT… Neuf effectifs au total, menés par le chef de la police municipale déodatienne Christian Gardecki. Ce dernier précise que près de 80 contrôles sont réalisés chaque mois dans toute la ville pour une moyenne d’une vingtaine de contraventions dressées, principalement des amendes de 4ème classe justement. Et d’ajouter : « Cet après-midi, nous surveillons les excès de vitesse, le téléphone au volant, l’état des véhicules, les deux-roues et trottinettes, ainsi que les véhicules bruyants à l’aide d’un sonomètre ». Globalement, de nombreux cas de « non mutation de carte grise sont constatés. Quant aux excès de vitesse, ils n’épargnent aucun quartier de la ville et de tristes records ont été relevés avec notamment un excès de 150 km/h, un autre de 130 km/h en pleine journée sur les quais de la Meurthe !

 Le maire Bruno Toussaint et Jean-Marie Vonderscher, 1er Adjoint délégué aux Finances et à la Sécurité se sont également rendus sur place en ce début de semaine, rappelant que si la prévention et la sensibilisation restent au cœur des missions des agents, la répression reste indispensable. « Ce qui est surprenant, c’est la multiplication des outrages de la part des citoyens « ordinaires ». Les « vrais » délinquants eux-mêmes sont plus polis avec nous. Je rappelle que nous sommes là avant tout pour aider la population et je ne comprends pas ces comportements », déplore Christian Gardecki… Après Kellermann, c’est au carrefour des rues Thiers et Saint-Charles que les contrôles se sont prolongés, puis avenue de Robach.