Search
vendredi 2 déc 2022
  • :
  • :

Exposition – « Poser nos valises », l’histoire des migrations en territoire vosgien

Écouter cet article
image_pdfimage_print

Exposition_Poser_nos_Valises_Sous-Préfecture_SDDV (2)

L’exposition « Poser nos valises » présente l’histoire des migrations en territoire vosgien, de manière chronologique depuis le néolithique, à travers une dizaine de grandes bâches. Dans le cadre de la Semaine de l’intégration, ces bâches sont actuellement installées à l’extérieur de la sous-préfecture de Saint-Dié-des-Vosges, sur les grilles d’enceinte du bâtiment.

C’est ce mardi en fin de journée que l’escale déodatienne de « Poser nos valises » a été inaugurée, en présence de la sous-préfète Carole Dabrigeon, du maire Bruno Toussaint et de Delphine Souvay, chargée d’actions culturelles aux archives départementales des Vosges et commissaire de l’exposition.

« Si l’on pouvait faire l’arbre généalogique des familles vivant actuellement dans les Vosges, serions-nous surpris des origines de nos ancêtres ? ». Cette question, c’est le postulat de départ de l’exposition, qui permet d’apprendre et de comprendre les différentes vagues migratoires dans les Vosges au fil des siècles.

On y apprend notamment que la guerre de Trente ans (1618-1648) a vu la population vosgienne disparaître de 60%, les guerres napoléoniennes et celles du Second Empire font partir de nombreux jeunes Vosgiens vers l’Europe de l’Est, l’Afrique et l’Asie. La guerre de 1870-1871 fait des Vosges un territoire de frontière mais aussi celui d’accueil des Alsaciens-Lorrains voulant rester Français, tandis que la Grande Guerre en fait un des théâtres de brassage de cultures différentes, véhiculées par les régiments qui y stationnent. Des personnes venues d’Italie, du Portugal, d’Europe de l’Est ou d’Afrique participent grandement aux reconstructions après-guerres ainsi qu’aux constructions des usines… Ce sont ces migrations, et bien d’autres, qui ont façonné les Vosges d’aujourd’hui.

J.J.

Exposition_Poser_nos_Valises_Sous-Préfecture_SDDV (2)

L'exposition « Poser nos valises » présente l'histoire des migrations en territoire vosgien, de manière chronologique depuis le néolithique, à travers une dizaine de grandes bâches. Dans le cadre de la Semaine de l'intégration, ces bâches sont actuellement installées à l'extérieur de la sous-préfecture de Saint-Dié-des-Vosges, sur les grilles d'enceinte du bâtiment.

C'est ce mardi en fin de journée que l'escale déodatienne de « Poser nos valises » a été inaugurée, en présence de la sous-préfète Carole Dabrigeon, du maire Bruno Toussaint et de Delphine Souvay, chargée d'actions culturelles aux archives départementales des Vosges et commissaire de l'exposition. « Si l'on pouvait faire l'arbre généalogique des familles vivant actuellement dans les Vosges, serions-nous surpris des origines de nos ancêtres ? ». Cette question, c'est le postulat de départ de l'exposition, qui permet d'apprendre et de comprendre les différentes vagues migratoires dans les Vosges au fil des siècles. On y apprend notamment que la guerre de Trente ans (1618-1648) a vu la population vosgienne disparaître de 60%, les guerres napoléoniennes et celles du Second Empire font partir de nombreux jeunes Vosgiens vers l'Europe de l'Est, l'Afrique et l'Asie. La guerre de 1870-1871 fait des Vosges un territoire de frontière mais aussi celui d'accueil des Alsaciens-Lorrains voulant rester Français, tandis que la Grande Guerre en fait un des théâtres de brassage de cultures différentes, véhiculées par les régiments qui y stationnent. Des personnes venues d'Italie, du Portugal, d'Europe de l'Est ou d'Afrique participent grandement aux reconstructions après-guerres ainsi qu'aux constructions des usines... Ce sont ces migrations, et bien d'autres, qui ont façonné les Vosges d'aujourd'hui. J.J. [gallery type="rectangular" link="file" ids="191778,191776,191780,191779"]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.