Search
lundi 5 déc 2022
  • :
  • :

Jérémy Santamaria, vice-champion du monde de culturisme naturel : « Je reviendrai plus fort en 2024 »

Écouter cet article
image_pdfimage_print
Jérémy_Santamaria_Vice-Champion_Monde_Culturisme (2)

Jérémy Santamaria lors de son passage devant le jury du championnat du monde de culturisme naturel, le week-end dernier à Prague. (Photographies Jérémy Santamaria)

Jérémy Santamaria est coach sportif diplômé d’Etat. Le Déodatien de 28 ans est également athlète professionnel et ambassadeur de la Fédération ICN France. Le week-end dernier, il a participé au championnat du monde de culturisme naturel, qui s’est déroulé à Prague (lire notre article). Le culturisme naturel étant un culturisme sans usage de produit dopant. Pour sa première participation, Jérémy Santamaria est monté sur la deuxième marche du podium, en étant sacré vice-champion du monde de la discipline. De retour en France, il a répondu à nos questions.

  • Bonjour Jérémy. Tout d’abord félicitations pour votre titre de vice-champion du monde. Qu’avez-vous ressenti lors de l’annonce des résultats samedi ?

À l’arrière de la scène, je connaissais déjà ma place sur le podium, je savais qu’une seule personne allait me mettre en difficulté de part sa plastique parfaite venue d’un autre monde, je n’ai pas été surpris. Je suis quelqu’un de perfectionniste. Être vice-champion n’est pas assez pour moi, je reviendrai plus fort en 2024 pour rentrer en France avec la médaille d’Or.

Cependant, ce résultat est exceptionnel et découle d’une énergie dépensée, d’une rigueur et d’une discipline incalculable. Le travail ne se fait pas qu’à l’entraînement, c’est un mode de vie qui se passe 24h/24 et 7j/7. Ce qui me rend fier est tout ce qu’il se passe en dehors de la scène pour m’emmener à être le deuxième mondial parmi des milliers d’athlètes, en me préparant seul avec mon expérience et mes connaissances.

  • Comment s’est déroulée la compétition à Prague ?

Cette compétition était d’un niveau mondial, située dans le fabuleux hôtel Hilton, regroupant une vingtaine de pays et plus de 400 athlètes prétendant devenir aussi numéro 1, ainsi que 10 juges des différents pays représentés (Corée, France, Allemagne, Belgique, Angleterre, Australie, Italie…). Nous nous enregistrons la veille pour recevoir un numéro et une heure de passage. Comme toute compétition de cette envergure, les retards vont de pair, je suis passé le lendemain à 22h00.

Le jour J, tout est une question de timing entre ce que je dois manger et boire afin de garder un esthétisme parfait, car la moindre erreur est fatale ! Étant sur place, j’ai pu rester dans ma chambre, me reposer avant de me préparer à ce moment que j’attends depuis 13 semaines. Aucun stress jusqu’à monter les dernières marches de l’arrière scène. Le cœur bat fort, toutes mes pensées se mélangent, j’ai l’impression de ne plus savoir ce que j’ai à faire.

Nous nous mettons par ordre de numéro, je ferme les yeux en prenant une bonne inspiration, mon nom retenti et l’athlète en moi prend le dessus sur mes sentiments. Je me présente durant 30 secondes, seul sur scène avant de me placer en rang avec les autres compétiteurs. Nous sommes jugés 10 minutes sur différentes poses. Le classement se suit directement. En sortant de la scène je suis appelé à faire un test urinaire anti-dopage. Les résultats me seront communiqués uniquement si je suis positif, cela peut prendre plusieurs mois. Une dizaine d’athlète ont été testé (les premiers en catégorie pro).

  • Avec du recul, est-ce que vous changeriez quelque chose dans votre préparation ?

Chaque préparation m’est différente. Pour obtenir la plus belle définition musculaire sur scène, il me faut tester des façons de me préparer différentes. (Entraînement, alimentation, timing et répartition de tout cela sur la semaine). Cette préparation était particulièrement réussie ! Chaque année je prends de l’expérience, je m’instruis pour devenir de plus en plus compétent. Je m’en sers dans mes préparations personnels ainsi que pour mes clients. Il me faut trouver la formule parfaite qui me correspond pour arriver de plus en plus écorché et musclé sur scène. Tout cela demande du temps.

  • Quels sont désormais vos objectifs ?

En tant qu’athlète professionnel, il me faut viser loin et juste. Je compte en 2024 participer à Mr and Ms Univers en Coréen, ainsi que les championnats du monde ICN afin de récupérer ce titre de numéro 1 qui m’est passé sous le nez. Soit un an et demi de préparation millimétrée, qui a démarré dès le lendemain de mes championnats.

  • En guise de conclusion, quel conseil pourriez vous donner aux personnes qui pratiquent le culturisme naturel ?

Santé : Je leur dirai qu’il est important d’apporter au corps et à l’esprit un mode de vie sain. Lorsque les deux sont en harmonie, vos objectifs ne sont qu’une question de temps. Le temps : Dans le culturisme les progrès sont longs, très longs, la patience sera votre meilleur atout ! Entraînements : oubliez les exercices farfelus, concentrez vous sur l’essentiel. Tom PLATZ (athlète professionnel des années 80/90) avait des cuisses ÉNORMES, on lui demandait comment il faisait.. « Des squats, beaucoup de squats. Pourquoi perdre du temps à faire des exercices inférieurs quand vous pouvez vous mettre toute votre énergie dans les meilleurs ? ».

J.J.

[caption id="attachment_193106" align="aligncenter" width="960"]Jérémy_Santamaria_Vice-Champion_Monde_Culturisme (2) Jérémy Santamaria lors de son passage devant le jury du championnat du monde de culturisme naturel, le week-end dernier à Prague. (Photographies Jérémy Santamaria)[/caption]

Jérémy Santamaria est coach sportif diplômé d'Etat. Le Déodatien de 28 ans est également athlète professionnel et ambassadeur de la Fédération ICN France. Le week-end dernier, il a participé au championnat du monde de culturisme naturel, qui s'est déroulé à Prague (lire notre article). Le culturisme naturel étant un culturisme sans usage de produit dopant. Pour sa première participation, Jérémy Santamaria est monté sur la deuxième marche du podium, en étant sacré vice-champion du monde de la discipline. De retour en France, il a répondu à nos questions.

  • Bonjour Jérémy. Tout d'abord félicitations pour votre titre de vice-champion du monde. Qu'avez-vous ressenti lors de l'annonce des résultats samedi ?

À l'arrière de la scène, je connaissais déjà ma place sur le podium, je savais qu'une seule personne allait me mettre en difficulté de part sa plastique parfaite venue d'un autre monde, je n'ai pas été surpris. Je suis quelqu'un de perfectionniste. Être vice-champion n'est pas assez pour moi, je reviendrai plus fort en 2024 pour rentrer en France avec la médaille d'Or. Cependant, ce résultat est exceptionnel et découle d'une énergie dépensée, d'une rigueur et d'une discipline incalculable. Le travail ne se fait pas qu'à l'entraînement, c'est un mode de vie qui se passe 24h/24 et 7j/7. Ce qui me rend fier est tout ce qu'il se passe en dehors de la scène pour m'emmener à être le deuxième mondial parmi des milliers d'athlètes, en me préparant seul avec mon expérience et mes connaissances.
  • Comment s'est déroulée la compétition à Prague ?

Cette compétition était d'un niveau mondial, située dans le fabuleux hôtel Hilton, regroupant une vingtaine de pays et plus de 400 athlètes prétendant devenir aussi numéro 1, ainsi que 10 juges des différents pays représentés (Corée, France, Allemagne, Belgique, Angleterre, Australie, Italie...). Nous nous enregistrons la veille pour recevoir un numéro et une heure de passage. Comme toute compétition de cette envergure, les retards vont de pair, je suis passé le lendemain à 22h00. Le jour J, tout est une question de timing entre ce que je dois manger et boire afin de garder un esthétisme parfait, car la moindre erreur est fatale ! Étant sur place, j'ai pu rester dans ma chambre, me reposer avant de me préparer à ce moment que j'attends depuis 13 semaines. Aucun stress jusqu'à monter les dernières marches de l'arrière scène. Le cœur bat fort, toutes mes pensées se mélangent, j'ai l'impression de ne plus savoir ce que j'ai à faire. Nous nous mettons par ordre de numéro, je ferme les yeux en prenant une bonne inspiration, mon nom retenti et l'athlète en moi prend le dessus sur mes sentiments. Je me présente durant 30 secondes, seul sur scène avant de me placer en rang avec les autres compétiteurs. Nous sommes jugés 10 minutes sur différentes poses. Le classement se suit directement. En sortant de la scène je suis appelé à faire un test urinaire anti-dopage. Les résultats me seront communiqués uniquement si je suis positif, cela peut prendre plusieurs mois. Une dizaine d'athlète ont été testé (les premiers en catégorie pro).
  • Avec du recul, est-ce que vous changeriez quelque chose dans votre préparation ?

Chaque préparation m'est différente. Pour obtenir la plus belle définition musculaire sur scène, il me faut tester des façons de me préparer différentes. (Entraînement, alimentation, timing et répartition de tout cela sur la semaine). Cette préparation était particulièrement réussie ! Chaque année je prends de l'expérience, je m'instruis pour devenir de plus en plus compétent. Je m'en sers dans mes préparations personnels ainsi que pour mes clients. Il me faut trouver la formule parfaite qui me correspond pour arriver de plus en plus écorché et musclé sur scène. Tout cela demande du temps.
  • Quels sont désormais vos objectifs ?

En tant qu'athlète professionnel, il me faut viser loin et juste. Je compte en 2024 participer à Mr and Ms Univers en Coréen, ainsi que les championnats du monde ICN afin de récupérer ce titre de numéro 1 qui m'est passé sous le nez. Soit un an et demi de préparation millimétrée, qui a démarré dès le lendemain de mes championnats.
  • En guise de conclusion, quel conseil pourriez vous donner aux personnes qui pratiquent le culturisme naturel ?

Santé : Je leur dirai qu'il est important d'apporter au corps et à l'esprit un mode de vie sain. Lorsque les deux sont en harmonie, vos objectifs ne sont qu'une question de temps. Le temps : Dans le culturisme les progrès sont longs, très longs, la patience sera votre meilleur atout ! Entraînements : oubliez les exercices farfelus, concentrez vous sur l'essentiel. Tom PLATZ (athlète professionnel des années 80/90) avait des cuisses ÉNORMES, on lui demandait comment il faisait.. "Des squats, beaucoup de squats. Pourquoi perdre du temps à faire des exercices inférieurs quand vous pouvez vous mettre toute votre énergie dans les meilleurs ?". J.J. [gallery type="rectangular" link="file" ids="193105,193104"]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.